We Philologists Complete Works of Friedrich Nietzsche, Volume 8

By Friedrich Nietzsche

Page 30

is, and then we
are glad. This forms part of the obscure philosophy of hate--a
philosophy which has never yet been written, because it is everywhere
the _pudendum_ that every one feels.


131

The pan-Hellenic Homer finds his delight in the frivolity of the gods;
but it is astounding how he can also give them dignity again. This
amazing ability to raise one's self again, however, is Greek.


132

What, then, is the origin of the envy of the gods? people did not
believe in a calm, quiet happiness, but only in an exuberant one. This
must have caused some displeasure to the Greeks; for their soul was only
too easily wounded: it embittered them to see a happy man. That is
Greek. If a man of distinguished talent appeared, the flock of envious
people must have become astonishingly large. If any one met with a
misfortune, they would say of him: "Ah! no wonder! he was too frivolous
and too well off." And every one of them would have behaved exuberantly
if he had possessed the requisite talent, and would willingly have
played the role of the god who sent the unhappiness to men.


133

The Greek gods did not demand any complete changes of character, and
were, generally speaking, by no means burdensome or importunate . it was
thus possible to take them seriously and to believe in them. At the time
of Homer, indeed, the nature of the Greek was formed . flippancy of
images and imagination was necessary to lighten the weight of its
passionate disposition and to set it free.


134

Every religion has for its highest images an analogon in the spiritual
condition of those who profess it. The God of Mohammed . the
solitariness of the desert, the distant roar of the lion, the vision of
a formidable warrior. The God of the Christians . everything that men
and women think of when they hear the word "love". The God of the
Greeks: a beautiful apparition in a dream.


135

A great deal of intelligence must have gone to the making up of a Greek
polytheism . the expenditure of intelligence is much less lavish when
people have only _one_ God.


136

Greek morality is not based on religion, but on the _polis_.

There were only priests of the individual gods; not representatives of
the whole religion . _i.e._, no guild of priests. Likewise no Holy Writ.


137

The "lighthearted" gods . this is the highest adornment which has ever
been bestowed upon the world--with the feeling, How difficult it is to
live!


138

If the Greeks let their "reason" speak, their life seems to them bitter
and terrible. They

Last Page Next Page

Text Comparison with Considérations inactuelles, deuxième série Schopenhauer éducateur, Richard Wagner à Bayreuth

Page 0
AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA, traduit par HENRI ALBERT 1 vol.
Page 29
petit nombre, pour ceux qui sont des natures contemplatives de grand style; la foule méconnaît généralement cette image.
Page 38
Si quelqu'un songe à ce que Schopenhauer, par exemple, a dû _entendre_ au cours de sa vie, il se dira probablement après coup: «Mes oreilles qui n'entendent pas, mon cerveau vide, ma raison hésitante, mon cœur rétréci, tout ce qui est à moi, hélas, comme je méprise tout cela! Ne pas savoir voler, mais seulement voleter! Voir plus haut que soi-même et ne pas pouvoir monter jusque-là! Connaître le chemin qui mène à cet.
Page 44
» Pour pouvoir soulever ici des objections, il faut avoir vécu quelque peu; mais celui qui est véritablement convaincu que c'est le but de la culture d'accélérer la venue des grands hommes et que la culture ne saurait avoir d'autre but, et qui compare maintenant, celui-là s'apercevra que la formation d'un pareil homme, malgré tout l'étalage et la pompe de la culture, ne se distingue pas beaucoup d'une cruauté persistante, telle qu'on l'inflige aux animaux.
Page 60
Et, malgré cela, il est encore un solitaire, malgré cela, jusqu'à présent, il n'a pas encore exercé d'influence.
Page 64
On sait de quelle façon grandiose il en remercia son père.
Page 65
On sait que Socrate fut victime de la colère des pères contre la «subornation de la jeunesse» et, pour la même raison, Platon crut qu'il était nécessaire de créer un Etat tout nouveau, pour ne pas faire dépendre la création des philosophes de la déraison des pères.
Page 81
Chez lui la sensibilité n'était éveillée que légèrement et imparfaitement satisfaite.
Page 82
L'âge mûr de Wagner fut tardif comme sa jeunesse, de sorte que, en ceci du moins, il est le contraire d'une nature qui a tout anticipé.
Page 93
Parmi les savants, par exemple, ceux-là seuls resteraient fidèles à l'ancien état de choses qui ont déjà respiré la contagion de la déraison politique et tous les hommes entachés de littérature.
Page 119
C'est alors qu'eut lieu un événement qu'il ne pouvait interpréter que dans un sens symbolique et qui fut pour lui une nouvelle consolation, un présage favorable.
Page 121
C'est ainsi que naquit l'idée de Bayreuth.
Page 122
Le mythe n'a pas pour base une idée, ainsi que se l'imaginent les enfants d'une civilisation raffinée; le mythe c'est l'idée même, il communique une notion du monde, en évoquant une succession de phénomènes, d'actions et de souffrances.
Page 130
Sa fertilité d'invention dans les grandes et les petites choses, l'omniprésence de son intelligence et de son application sont telles que l'on pourrait croire, en parcourant une partition de Wagner, qu'il n'y avait jamais eu, avant lui, de vrai travail et de véritable effort.
Page 137
Car, s'il y a quelque chose qui distingue son art de l'art des temps modernes, c'est bien ceci qu'il ne parle plus le langage cultivé d'une caste particulière et qu'en général il ne connaît plus de contraste entre les lettrés et les illettrés.
Page 147
La musique occupe une situation spéciale, mais la musique elle-même n'est pas parvenue à créer une organisation, à empêcher l'importation de la musique théâtrale.
Page 160
Une curieuse lettre écrite de Nice, en date du 21 janvier 1887, au même Peter Gast, enregistre cette impression: Dernièrement j'ai entendu pour la première fois (à Monte-Carlo) le prélude de _Parsifal_.
Page 164
) Au cours de tous les siècles français, a-t-on jamais imprimé et dit en France tant de sottises qui déshonorent qu'à cette occasion? Mais aux obsèques de Richard Wagner les flatteries de la reconnaissance s'égarèrent jusqu'à proférer le «pieux» souhait: «le salut pour le sauveur!» 8.
Page 171
7.
Page 174
Wagner, en tant que styliste, appartient encore à cette école contre laquelle Schopenhauer a déversé sa colère, et l'humour arrive à son comble quand, «sauveur de la langue allemande», il s'élève contre les Juifs.