Thus Spake Zarathustra: A Book for All and None

By Friedrich Nietzsche

Page 147

the most alike doth semblance deceive most delightfully: for the
smallest gap is most difficult to bridge over.

For me--how could there be an outside-of-me? There is no outside! But
this we forget on hearing tones; how delightful it is that we forget!

Have not names and tones been given unto things that man may refresh
himself with them? It is a beautiful folly, speaking; therewith danceth
man over everything.

How lovely is all speech and all falsehoods of tones! With tones danceth
our love on variegated rainbows.--

--"O Zarathustra," said then his animals, "to those who think like us,
things all dance themselves: they come and hold out the hand and laugh
and flee--and return.

Everything goeth, everything returneth; eternally rolleth the wheel
of existence. Everything dieth, everything blossometh forth again;
eternally runneth on the year of existence.

Everything breaketh, everything is integrated anew; eternally buildeth
itself the same house of existence. All things separate, all things
again greet one another; eternally true to itself remaineth the ring of
existence.

Every moment beginneth existence, around every 'Here' rolleth the ball
'There.' The middle is everywhere. Crooked is the path of eternity."--

--O ye wags and barrel-organs! answered Zarathustra, and smiled once
more, how well do ye know what had to be fulfilled in seven days:--

--And how that monster crept into my throat and choked me! But I bit off
its head and spat it away from me.

And ye--ye have made a lyre-lay out of it? Now, however, do I lie here,
still exhausted with that biting and spitting-away, still sick with mine
own salvation.

AND YE LOOKED ON AT IT ALL? O mine animals, are ye also cruel? Did
ye like to look at my great pain as men do? For man is the cruellest
animal.

At tragedies, bull-fights, and crucifixions hath he hitherto been
happiest on earth; and when he invented his hell, behold, that was his
heaven on earth.

When the great man crieth--: immediately runneth the little man thither,
and his tongue hangeth out of his mouth for very lusting. He, however,
calleth it his "pity."

The little man, especially the poet--how passionately doth he accuse
life in words! Hearken to him, but do not fail to hear the delight which
is in all accusation!

Such accusers of life--them life overcometh with a glance of the eye.
"Thou lovest me?" saith the insolent one; "wait a little, as yet have I
no time for thee."

Towards himself man is the cruellest animal; and in all who call
themselves "sinners" and "bearers of the cross" and "penitents," do not
overlook the voluptuousness in their plaints and accusations!

And I myself--do I

Last Page Next Page

Text Comparison with Considérations inactuelles, deuxième série Schopenhauer éducateur, Richard Wagner à Bayreuth

Page 10
Tout au.
Page 21
L'originalité de son être s'est résolue en un atome indivisible et isolé, en une masse refroidie.
Page 22
Son jugement est d'un poids d'autant plus considérable qu'il n'est contredit par aucun jugement contraire d'aucun grand philosophe de la même grande époque.
Page 44
Former autant d'hommes que possible qui circuleraient à peu près comme une monnaie a cours, c'est à cela qu'ils viseraient, et, d'après cette conception, un peuple serait d'autant plus heureux qu'il posséderait beaucoup de ces hommes qui circuleraient comme argent courant.
Page 54
C'est pourquoi il évitera aussi de pénétrer dans les profondeurs, mais il lui arrivera parfois de percevoir quelque chose que le savant qui fait de la science son gagne-pain, avec son regard rampant, n'apercevra jamais.
Page 56
La difficulté réside cependant pour l'homme en ceci qu'il lui faut désapprendre ce qu'il sait en vue de se fixer un but nouveau et il sera extrêmement difficile d'échanger contre des idées nouvelles des principes fondamentaux de notre éducation actuelle, lesquels ont leurs racines dans le moyen-âge et visent à imiter le savant médiéval comme type de l'instruction parfaite.
Page 61
Il ne suffit vraiment pas de parler de dogmes religieux, mais encore d'idées baroques, telles que le «progrès», la «culture générale», le sentiment «national», l'«Etat moderne», la «lutte pour la culture» (_Kulturkampf_).
Page 75
Aussitôt que la philosophie sera éliminée des Universités et que de la sorte elle se purifiera de tous les égards et de tous les malentendus indignes d'elle, elle ne pourra pas être autre chose qu'un pareil tribunal.
Page 88
que le fit Wagner dans _Lohengrin_? Et les _Maîtres chanteurs_ ne parleront-ils pas encore de l'esprit allemand dans les temps les plus éloignés, ne feront-ils pas plus que d'en parler, ne seront-ils pas bien plutôt un des fruits les plus mûrs de cet esprit qui veut toujours réformer, et non pas révolutionner, et qui n'a pas oublié, au sein des faciles jouissances, de pratiquer ce noble mécontentement, source de toute action régénératrice? C'est précisément vers cette espèce de mécontentement que Wagner se sentit toujours davantage porté par ses études historiques et philosophiques.
Page 105
Vous direz vous-mêmes, lorsque vous quitterez ma caverne pour retourner au grand jour qui est le vôtre, laquelle des deux existences est la plus réelle, où est en réalité le jour et où est la caverne.
Page 109
Là seulement, comme dans un formidable mirage, nous nous apercevons, nous et nos semblables, en plein dans la lutte, la victoire et la disparition, comme si nous étions, nous aussi, quelque chose de sublime et d'important; nous faisons nos délices du rythme de la passion et du sacrifice que comporte la passion; à chacun des pas formidables que fait le héros, nous entendons le sourd retentissement de la mort et dans le voisinage de la mort nous saisissons l'attrait suprême de la vie.
Page 121
De l'association de ces espèces de devoirs naquit l'événement qui répand une étrange clarté sur les années qui viennent de s'écouler comme sur les années à venir.
Page 130
La vie et l'art lui pèsent, lorsqu'il ne peut pas jouer à loisir avec leurs problèmes les plus ardus.
Page 146
On peut même dire qu'il ne prend pas au sérieux tout ce qui touche le théâtre.
Page 147
Maintenant surtout, les Allemands s'imaginent avoir des occupations plus sérieuses et cela leur apparaît comme une joyeuse fantaisie que quelqu'un se tourne vers l'art d'une façon si solennelle.
Page 148
L'autre qualité, c'est son suprême don de comédien, transposé dans un autre domaine et qui abandonne la voie la plus proche pour prendre possession d'un terrain nouveau.
Page 149
Se préoccuper de ce qui enivre, de ce qui est sensuel, extatique, soudain, de ce qui veut être en mouvement à tout prix--abominables tendances! 15.
Page 151
Wagner considère comme une erreur d'envisager, dans l'œuvre d'art de l'Opéra, un moyen d'expression--la musique--comme but, le but de l'expression étant considéré comme moyen.
Page 157
L'art rassemble une fois toutes les qualités excitantes qu'il possède encore pour agir sur les Allemands modernes.
Page 172
11.