The Twilight of the Idols - The Antichrist Complete Works, Volume Sixteen

By Friedrich Nietzsche

Page 51

now
begun to appropriate even Art, including the book, above all the
newspaper,--and how much more so beautiful nature, Italy! This man
of the evening, with his "savage instincts lulled," as Faust has it;
needs his summer holiday, his sea-baths, his glacier, his Bayreuth.
In such ages Art has the right to be _purely foolish,_--as a sort of
vacation for spirit, wit and sentiment. Wagner understood this. Pure
foolishness[5] is a pick-me-up....


31

_Yet another problem of diet._--The means with which Julius Cæsar
preserved himself against sickness and headaches: heavy marches,
the simplest mode of living, uninterrupted sojourns in the open
air, continual hardships,--generally speaking these are the
self-preservative and self-defensive measures against the extreme
vulnerability of those subtle machines working at the highest
pressure, which are called geniuses.


32

_The Immoralist speaks._--Nothing is more distasteful to true
philosophers than man when he begins to wish.... If they see man only
at his deeds; if they see this bravest, craftiest and most enduring
of animals even inextricably entangled in disaster, how admirable he
then appears to them! They even encourage him.... But true philosophers
despise the man who wishes, as also the "desirable" man--and all the
desiderata and _ideals_ of man in general. If a philosopher could be a
nihilist, he would be one; for he finds only nonentity behind all human
ideals. Or, not even nonentity, but vileness, absurdity, sickness,
cowardice, fatigue and all sorts of dregs from out the quaffed goblets
of his life.... How is it that man, who as a reality is so estimable,
ceases from deserving respect the moment he begins to desire? Must he
pay for being so perfect as a reality? Must he make up for his deeds,
for the tension of spirit and will which underlies all his deeds, by an
eclipse of his powers in matters of the imagination and in absurdity?
Hitherto the history of his desires has been the _partie honteuse_ of
mankind: one should take care not to read too deeply in this history.
That which justifies man is his reality,--it will justify him to all
eternity. How much more valuable is a real man than any other man
who is merely the phantom of desires, of dreams of stinks and of
lies?--than any kind of ideal man? ... And the ideal man, alone, is
what the philosopher cannot abide.


33

_The Natural Value of Egoism._--Selfishness has as much value as the
physiological value of him who practises it: its worth may be great,
or it may be worthless and contemptible. Every individual may be
classified according to whether he represents the ascending or the
descending line of life. When this is

Last Page Next Page

Text Comparison with Considérations inactuelles, deuxième série Schopenhauer éducateur, Richard Wagner à Bayreuth

Page 5
Peut-être leur essence et leur succession te révéleront-elles une loi, la loi fondamentale, de ton être véritable.
Page 13
Mais l'exemple doit être donné par la vie apparente et non point seulement par les livres, c'est-à-dire de la façon dont enseignaient les philosophes de la Grèce, par la mine, l'attitude, le costume, la nourriture, les mœurs, plus que par la parole ou même les écrits.
Page 26
Jamais le monde n'a été davantage le monde, jamais il n'a été plus pauvre en amour et en dons précieux.
Page 43
Mais, là encore, il ne faut pas qu'il s'arrête.
Page 44
C'est pourquoi les établissements pédagogiques modernes se proposeraient de développer chacun de leurs élèves selon sa valeur, à devenir _courant_, à l'éduquer de telle sorte qu'il puisse bénéficier, selon la mesure de sa compétence et de son savoir, de la plus grande somme de bonheur et d'avantages.
Page 52
De pareilles natures deviennent des collectionneurs, des commentateurs, des confectionneurs d'index et d'herbiers; ils s'instruisent et font des recherches sur le même.
Page 53
La contre-vérité, l'erreur, sont dévoilées avec fracas, pour que le nombre des compétiteurs ne devienne pas trop grand.
Page 58
Que pour l'homme elle veuille donner à l'existence une signification et une importance, en créant le philosophe et l'artiste, c'est ce qui apparaît comme certain, étant donné son aspiration à la délivrance.
Page 60
Ou bien ne devrait-on pas au moins s'attendre à ce que la cause et l'effet fussent de force égale? Mais combien la nature répond peu à cette attente! Il semble parfois que l'artiste, et en particulier le philosophe, ne soit qu'_un hasard_ dans son époque, qu'il n'y soit entré que comme un ermite, comme un voyageur égaré et resté en arrière.
Page 61
Il ne suffit vraiment pas de parler de dogmes religieux, mais encore d'idées baroques, telles que le «progrès», la «culture générale», le sentiment «national», l'«Etat moderne», la «lutte pour la culture» (_Kulturkampf_).
Page 66
Mais Kant fut déjà, comme nous autres savants avons coutume d'être, plein d'égards et de soumission dans ses rapports avec l'Etat.
Page 88
Il sut non seulement y trouver des armes et une armure, mais il y perçut avant tout le souffle inspirateur qui plane sur le tombeau des grands lutteurs, des grands penseurs et des grands affligés.
Page 97
Partout ici le langage se trouve en défaut, et l'oppression de cette effroyable maladie se fait sentir sur tout le développement humain.
Page 116
de mystères, riche d'accents sincères et de touchantes promesses, questionneur maladroit, il était devenu quelque chose d'enchanté, qui avait besoin d'être délivré du charme qui le retenait prisonnier.
Page 127
Quand le philosophe dit qu'il existe une Volonté qui, dans la nature animée, comme dans la nature inanimée, a soif de l'être, le musicien ajoute que cette Volonté veut, à tous les degrés, une existence dans le domaine des sons.
Page 134
Les disciples que Wagner a éduqués, les musiciens et les interprètes auxquels il fit une seule observation, auxquels il enseigna un seul geste, les orchestres petits et grands qu'il dirigea, les villes qui le virent dans toute l'ardeur de son activité, les princes et les femmes qui prirent part à ses projets, moitié avec crainte, moitié avec amour, les différents pays de l'Europe auxquels il appartint temporairement et où il fut pour les arts un juge et une conscience: tout cela se transforma peu à peu en un écho de sa pensée et de ses efforts incessants vers une production future.
Page 136
La dialectique y est souvent brisée, l'exposition est plutôt entravée qu'accélérée par des écarts de sentiments; une sorte de répugnance à écrire pèse sur ces pages comme une ombre, à tel point que l'on pourrait croire que la démonstration spéculative répugne à l'artiste.
Page 139
ceux qui éprouvent une souffrance commune et qui veulent s'en délivrer par un art commun à tous.
Page 166
Mais si l'on veut savoir où un vieux preneur de rats roué peut mener l'innocence et l'empressement inconsidéré des jeunes gens, jusqu'où va sa séduction, qu'on jette un regard sur ces marécages littéraires du fond desquels, dans ces dernières années, le maître vieilli, en compagnie de ces «jeunes», aimait à chanter («chanter» est-ce bien là le vrai mot?)--je veux parler des _Feuilles de Bayreuth_ si mal famées! C'est là véritablement un _marécage_: de l'arrogance, du germanisme, et de la confusion dans les idées, en un triste pêle-mêle, un intolérable sirop, sucré de compassion, coulé par là-dessus; mêlé à tout cela un penchant purement théorique pour les légumes verts et une larmoyante sympathie pour les bêtes; tout à côté une haine sans fard de la science, une haine véritable et foncière qui n'a rien de théorique et, en général, le persiflage et la calomnie de tout ce qui bouchait et bouche encore la route de Wagner (combien le gênaient la nature _noble_ de Mendelssohn et la nature _pure_ de Schumann!); avec cela une habile recherche des troupes d'appui, des avances faites aux partis puissants, par exemple le jeu malpropre des regards tournés vers les symboles _chrétiens_ (Wagner, le vieil athée, l'antinomiste et l'immoraliste, plein d'onction, fait même une fois appel au «sang du Sauveur»!); dans l'ensemble l'immodestie d'un pontif encensé lourdement qui profère, comme des révélations, ses sentiments obscurs au sujet de tous les domaines imaginables, de pensées qui lui échappent complètement et lui sont interdites; et tout cela enfin dans un langage qui est véritablement, par son obscurité et son exagération, un allemand de marécage, tel que même les disciples les plus anti-allemands de Hegel n'auraient pu l'écrire.
Page 176
W.