The Genealogy of Morals The Complete Works, Volume Thirteen, edited by Dr. Oscar Levy.

By Friedrich Nietzsche

Page 3

almost
say that I have never read anything in which every single dogma and
conclusion has called forth from me so emphatic a negation as did that
book; albeit a negation tainted by either pique or intolerance. I
referred accordingly both in season and out of season in the previous
works, at which I was then working, to the arguments of that book, not
to refute them--for what have I got to do with mere refutations but
substituting, as is natural to a positive mind, for an improbable
theory one which is more probable, and occasionally no doubt, for one
philosophic error, another. In that early period I gave, as I have
said, the first public expression to those theories of origin to which
these essays are devoted, but with a clumsiness which I was the last
to conceal from myself, for I was as yet cramped, being still without
a special language for these special subjects, still frequently liable
to relapse and to vacillation. To go into details, compare what I say
in _Human, all-too-Human_, part i., about the parallel early history
of Good and Evil, Aph. 45 (namely, their origin from the castes of the
aristocrats and the slaves); similarly, Aph. 136 et seq., concerning
the birth and value of ascetic morality; similarly, Aphs. 96, 99,
vol. ii., Aph. 89, concerning the Morality of Custom, that far older
and more original kind of morality which is _toto cœlo_ different
from the altruistic ethics (in which Dr. Rée, like all the English
moral philosophers, sees the ethical "Thing-in-itself"); finally,
Aph. 92. Similarly, Aph. 26 in _Human, all-too-Human_, part ii., and
Aph. 112, the _Dawn of Day_, concerning the origin of Justice as a
balance between persons of approximately equal power (equilibrium as
the hypothesis of all contract, consequently of all law); similarly,
concerning the origin of Punishment, _Human, all-too-Human_, part
ii., Aphs. 22, 23, in regard to which the deterrent object is neither
essential nor original (as Dr. Rée thinks:--rather is it that this
object is only imported, under certain definite conditions, and always
as something extra and additional).


5.

In reality I had set my heart at that time on something much more
important than the nature of the theories of myself or others
concerning the origin of morality (or, more precisely, the real
function from my view of these theories was to point an end to which
they were one among many means). The issue for me was the value
of morality, and on that subject I had to place myself in a state
of abstraction, in which I was almost alone with my great teacher
Schopenhauer,

Last Page Next Page

Text Comparison with Ainsi Parlait Zarathoustra

Page 11
Que mes animaux me conduisent!" Lorsque Zarathoustra eut ainsi parlé, il se souvint des paroles du saint dans la forêt, il soupira et dit à son coeur: Il faut que je sois plus sage! Que je sois rusé du fond du coeur, comme mon serpent.
Page 36
Ecoutez donc vous qui êtes créateurs! Les valeurs changent lorsque le créateur se transforme.
Page 40
LA VIEILLE ET LA JEUNE FEMME "Pourquoi te glisses-tu furtivement dans le crépuscule, Zarathoustra? Et que caches-tu avec tant de soin sous ton manteau? "Est-ce un trésor que l'on t'a donné? Ou bien un enfant qui t'est né? Où vas-tu maintenant toi-même par les sentiers des voleurs, toi, l'ami des méchants?" En vérité, mon frère! répondit Zarathoustra, c'est un trésor qui m'a été donné: une petite vérité, voilà ce que je porte.
Page 50
DEUXIÈME PARTIE "_-et ce n'est que quand vous m'aurez tous renié que je reviendrai parmi vous.
Page 52
Sauriez-vous _imaginer_ un Dieu? - Mais que ceci signifie pour vous la volonté du vrai que tout soit transformé pour vous en ce que l'homme peut imaginer, voir et sentir! Votre imagination doit aller jusqu'à la limite de vos sens! Et ce que vous appeliez monde doit être d'abord créé par vous: votre raison, votre imagination, votre volonté, votre amour doivent devenir votre monde même! Et, vraiment, ce sera pour votre félicité, vous qui cherchez la connaissance! Et comment supporteriez-vous la vie sans cet espoir, vous qui cherchez la connaissance? Vous ne devriez.
Page 92
Et, en vérité, l'oreille énorme se trouvait sur une petite tige mince, - et cette tige était un homme! En regardant à travers une lunette on pouvait même reconnaître une petite figure envieuse; et aussi une petite âme boursouffée qui tremblait au bout de la tige.
Page 93
C'est là ce que je vous enseigne, mes amis! Mais apprenez cela aussi: la volonté elle-même est encore prisonnière.
Page 98
solitude, mais cette fois-ci l'ours retourne sans joie à sa caverne! Que m'est-il arrivé? Qui m'oblige à partir? - Hélas! l'_Autre_, qui est ma maîtresse en colère, le veut ainsi, elle m'a parlé; vous ai-je jamais dit son nom? Hier, vers le soir, _mon heure la plus silencieuse_ m'a parlé: c'est là le nom de ma terrible maîtresse.
Page 123
Le temps n'est-il pas depuis _longtemps_ passé, même pour de pareils doutes? Qui aurait le droit de réveiller dans leur sommeil d'aussi vieilles choses ennemies de la lumière? Il y a longtemps que c'en est fini des dieux anciens: - et, en vérité, ils ont eu une bonne et joyeuse fin divine! Ils ne passèrent pas par le "crépuscule" pour aller vers la mort, - c'est un mensonge de le dire! Au contraire: ils se sont tués eux-mêmes à force de - _rire_! C'est ce qui arriva lorsqu'un dieu prononça lui-même la parole la plus impie, - la parole: "Il n'y a qu'un Dieu! Tu n'auras point d'autres dieux devant ma face!" - une vieille barbe de dieu, un dieu coléreux et jaloux s'est oublié ainsi: - c'est alors que tous les dieux se mirent à rire et à s'écrier en branlant sur leurs sièges: "N'est-ce pas là précisément la divinité, qu'il y ait des dieux - qu'il n'y ait pas un Dieu?" Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.
Page 137
Ce qu'il y a de mieux en nous est encore jeune: c'est ce qui irrite les vieux gosiers.
Page 166
Une heure ne s'était pas encore écoulée depuis que Zarathoustra s'était mis en route, dans ses montagnes et dans ses forêts, lorsqu'il vit tout à coup un singulier cortège.
Page 179
Dans mon domaine il ne doit arriver malheur à personne: ma caverne est un bon port.
Page 183
Le Dieu qui voyait tout, _même l'homme_: ce Dieu devait mourir! L'homme ne _supporte_ pas qu'un pareil témoin vive.
Page 196
Vous n'êtes que des avant-coureurs, venus vers moi pour m'annoncer que d'autres, de plus grands, sont en route vers moi, - non point les hommes du grand désir, du grand dégoût, de la grande satiété, ni ce que vous avez appelé "ce qui reste de Dieu sur la terre".
Page 206
A vous tous, quels que soient les honneurs que vous vouliez prêter, que vous vous appeliez les "esprits libres" ou bien "les véridiques", ou bien "les expiateurs de l'esprit", "les déchaînés", ou bien "ceux du grand désir" - à vous tous qui souffrez comme moi du _grand dégoût_, pour qui le Dieu ancien est mort, sans qu'un Dieu nouveau soit encore au berceau, enveloppé de linges, - à vous tous, mon mauvais esprit, mon démon enchanteur, est favorable.
Page 209
Il me semble presque que vous ayez envie, pardonnez-moi ma présomption, ô hommes supérieurs - envie de la vie la plus inquiétante et la plus dangereuse, qui m'inspire le plus de crainte _à moi_, la vie des bêtes sauvages, envie de forêts, de cavernes, de montagnes abruptes et de labyrinthes.
Page 227
Jouir de soi-même dans l'action.
Page 229
Il ne s'agit pas du tout d'un droit du plus fort, car les plus forts et les plus faibles sont tous égaux en ceci: ils étendent leur puissance autant qu'ils le peuvent.
Page 232
Il convient de supprimer l'esprit supérieur lié à un caractère faible et nerveux.
Page 233
9.