On the Future of our Educational Institutions

By Friedrich Nietzsche

Page 39

courage and severity of German philosophy and in the loyalty
of the German soldier, which has been tested quite recently. From it
we expect a victory over that 'up-to-date' pseudo-culture which is now
the fashion. What we should hope for the future is that schools may
draw the real school of culture into this struggle, and kindle the
flame of enthusiasm in the younger generation, more particularly in
public schools, for that which is truly German; and in this way
so-called classical education will resume its natural place and
recover its one possible starting-point.

"A thorough reformation and purification of the public school can only
be the outcome of a profound and powerful reformation and purification
of the German spirit. It is a very complex and difficult task to find
the border-line which joins the heart of the Germanic spirit with the
genius of Greece. Not, however, before the noblest needs of genuine
German genius snatch at the hand of this genius of Greece as at a firm
post in the torrent of barbarity, not before a devouring yearning for
this genius of Greece takes possession of German genius, and not
before that view of the Greek home, on which Schiller and Goethe,
after enormous exertions, were able to feast their eyes, has become
the Mecca of the best and most gifted men, will the aim of classical
education in public schools acquire any definition; and they at least
will not be to blame who teach ever so little science and learning in
public schools, in order to keep a definite and at the same time ideal
aim in their eyes, and to rescue their pupils from that glistening
phantom which now allows itself to be called 'culture' and
'education.' This is the sad plight of the public school of to-day:
the narrowest views remain in a certain measure right, because no one
seems able to reach or, at least, to indicate the spot where all these
views culminate in error."

"No one?" the philosopher's pupil inquired with a slight quaver in his
voice; and both men were silent.

FOOTNOTES:

[3] It is not practicable to translate these German solecisms by
similar instances of English solecisms. The reader who is interested
in the subject will find plenty of material in a book like the Oxford
_King's English_.

[4] German: _Formelle Bildung._

[5] German: _Materielle Bildung._




THIRD LECTURE.

(_Delivered on the 27th of February 1872._)


Ladies and Gentlemen,--At the close of my last lecture, the
conversation to which I was a listener, and the outlines of which, as
I clearly recollect them, I am now trying to lay before you, was
interrupted by a

Last Page Next Page

Text Comparison with Ainsi Parlait Zarathoustra

Page 14
C'est un bon sommeil que l'on cherchait et des vertus couronnées de pavots! Pour tous ces sages de la chaire, ces sages tant vantés, la sagesse était le sommeil sans rêve: ils ne connaissaient pas de meilleur sens de la vie.
Page 16
Il apprend à parler toujours plus loyalement, ce _moi:_et plus il apprend, plus il trouve de mots pour exalter le corps et la terre.
Page 32
Même dans les hauteurs de leur vertu et jusque dans leur esprit rigide, cet animal les suit avec sa discorde.
Page 40
tu te méprises, comme seuls méprisent les amants.
Page 51
J'ai trop longtemps langui et regardé dans le lointain.
Page 56
" Et dernièrement je l'ai entendu dire ces mots: "Dieux est mort; c'est sa pitié des hommes qui a tué Dieux.
Page 60
Les uns veulent être édifiés et redressés et appellent cela de la vertu et les autres veulent être renversés - et cela aussi ils l'appellent de la vertu.
Page 62
En vérité, Zarathoustra est un vent fort pour tous les bas-fonds; et il donne ce conseil à ses ennemis et à tout ce qui crache et vomit: "Gardez-vous de cracher _contre_ le vent!" Ainsi parlait Zarathoustra.
Page 83
Car les hommes ne sont _point_ égaux: ainsi parle la justice.
Page 85
C'est ainsi que la mer a donné une pierre à l'affamé.
Page 97
L'HEURE LA PLUS SILENCIEUSE Que m'est-il arrivé, mes amis? Vous me voyez bouleversé, égaré, obéissant malgré moi, prêt à m'en aller - hélas! à m'en aller loin de _vous_.
Page 109
Nous sommes amis depuis toujours: notre tristesse, notre épouvante et notre profondeur nous sont communes; le soleil même nous est commun.
Page 126
Les fossoyeurs prennent les maladies à force de creuser des fosses.
Page 133
Et c'est toujours à contre-coeur que j'ai demandé mon chemin, - cela me fut toujours contraire! J'ai toujours préféré interroger et essayer les chemins eux-mêmes.
Page 162
Qui devra venir un jour et n'aura pas le droit de passer? Notre grand hasard, c'est-à-dire notre grand et lointain Règne de l'Homme, le.
Page 166
- joyeux et contents que cette journée soit finie! Et toi-même tu dois accompagner mes chants de tes danses, comme si tu étais mon ours savant.
Page 167
Les bonnes moeurs! Chez nous tout est faux et pourri.
Page 172
Que veux-tu! Parles! Tu me pousses et me presses - Ah! tu es déjà trop près! Tu m'entends respirer, Tu épies mon coeur, Jaloux que tu est! - de quoi donc est-tu jaloux? Ote-toi! Ote-toi! Pourquoi cette échelle? Veux-tu _entrer_, t'introduire dans mon coeur, t'introduire dans mes pensées les plus secrètes? Impudent! Inconnu! - Voleur! Que veux-tu voler? Que veux-tu écouter? Que veux-tu extorquer, toi qui tortures! toi - le dieu-bourreau! Ou bien, dois-je, pareil au chien, me rouler devant toi? m'abandonnant, ivre et hors de moi, t'offrir mon amour - en rampant! En vain! Frappe encore! toi le plus cruel des aiguillons! Je ne suis pas un chien - je ne suis que ton gibier, toi le plus cruel des chasseurs! Ton prisonnier le plus fier, brigand derrière les nuages.
Page 201
Vous qui créez, hommes supérieurs! Une femme n'est enceinte que son propre enfant.
Page 213
Et alors des cris et des rires des hommes supérieurs résonnèrent de nouveau de la caverne: or, Zarathoustra, commença derechef: "Ils mordent, mon amorce fait de l'effet, chez eux aussi l'ennemi fuit: l'esprit de la lourdeur.