Human, All-Too-Human: A Book for Free Spirits, Part 1 Complete Works, Volume Six

By Friedrich Nietzsche

Page 99

a sigh, for much
has been sacrificed to it. Does not the same thing happen to good
musicians?


199.

THE INCOMPLETE AS AN ARTISTIC STIMULUS.--The incomplete is often
more effective than perfection, and this is the case with eulogies.
To effect their purpose a stimulating incompleteness is necessary,
as an irrational element, which calls up a sea before the hearer's
imagination, and, like a mist, conceals the opposite coast, _i.e._ the
limits of the object of praise. If the well-known merits of a person
are referred to and described at length and in detail, it always gives
rise to the suspicion that these are his only merits. The perfect
eulogist takes his stand above the person praised, he appears to
_overlook_ him. Therefore complete praise has a weakening effect.


200.

PRECAUTIONS IN WRITING AND TEACHING.--Whoever has once written and has
been seized with the passion for writing learns from almost all that he
does and experiences that which is literally communicable. He thinks
no longer of himself, but of the author and his public; he desires
insight into things; but not for his own use. He who teaches is mostly
incapable of doing anything for his own good: he is always thinking of
the good of his scholars, and all knowledge delights him only in so
far as he is able to teach it. He comes at last to regard himself as a
medium of knowledge, and above all as a means thereto, so that he has
lost all serious consideration for himself.


201.

THE NECESSITY FOR BAD AUTHORS.--There will always be a need of bad
authors; for they meet the taste of readers of an undeveloped, immature
age--these have their requirements as well as mature readers. If human
life were of greater length, the number of mature individuals would be
greater than that of the immature, or at least equally great; but, as
it is, by far the greater number die too young: _i.e._ there are always
many more undeveloped intellects with bad taste. These demand, with the
greater impetuosity of youth, the satisfaction of their needs, and they
_insist_ on having bad authors.


202.

Too NEAR AND TOO FAR.--The reader and the author very often do not
understand each other, because the author knows his theme too well and
finds it almost slow, so that he omits the examples, of which he knows
hundreds; the reader, however, is interested in the subject, and is
liable to consider it as badly proved if examples are lacking.


203.

A VANISHED PREPARATION FOR ART.--Of everything that was practised in
public schools, the thing of greatest value was the exercise in Latin
style,--this was an exercise

Last Page Next Page

Text Comparison with Ainsi Parlait Zarathoustra

Page 8
"La faim s'empare de moi comme un brigand, dit Zarathoustra? Au milieu des bois et des marécages la faim s'empare de moi, dans la nuit profonde.
Page 17
DES CONTEMPTEURS DU CORPS C'est aux contempteurs du corps que je veux dire leur fait.
Page 18
C'est pourquoi vous en voulez à la vie et à la terre.
Page 23
Je n'ai plus confiance en moi-même, depuis que je veux monter dans les hauteurs, et personne n'a plus confiance en moi, - d'où cela peut-il donc venir? Je me transforme trop vite: mon présent réfute mon passé.
Page 31
Mais c'est ainsi qu'en agit toujours la ruse des lâches.
Page 37
Votre mauvais amour de vous-mêmes fait de votre solitude une prison.
Page 47
Luisant comme de l'or est le regard de celui qui donne.
Page 56
" - Gardez-vous donc de la pitié: c'est _elle_ qui finira par amasser sur l'homme un lourd nuage! En vérité, je connais les signes du temps! Retenez aussi cette parole: tout grand amour est au-dessus de sa pitié: car ce qu'il aime, il veut aussi le - créer! "Je m'offre moi-même à mon amour, _et mon prochain tout comme moi_" - ainsi parlent tous les créateurs.
Page 57
Il faudrait qu'ils me chantassent de meilleurs chants pour que j'apprenne à croire en leur Sauveur: il faudrait que ses disciples aient un air plus sauvé! Je voudrais les voir nus: car seule la beauté devrait prêcher le repentir.
Page 62
Nous bâtirons notre nid sur l'arbre de l'avenir; des aigles nous apporterons la nourriture, dans leurs becs, à nous autres solitaires! En vérité, ce ne seront point des nourritures que les impurs pourront partager! Car les impurs s'imagineraient dévorer du feu et se brûler la gueule! En vérité, ici nous ne préparons point de demeures pour les impurs.
Page 70
Pardonnez-moi ma tristesse! Le soir est venu: pardonnez-moi que le soir soit venu!" Ainsi parlait Zarathoustra.
Page 89
Il erra triste et fatigué; et il devint semblable à ceux dont avait parlé le devin.
Page 104
Toute vérité est courbée, te temps lui-même est un cercle.
Page 111
" "Par hasard" - c'est là la plus vieille noblesse du monde, je l'ai rendue à toutes les choses, je les ai délivrées de la servitude du but.
Page 128
Désir de dominer - dont le regard fait ramper.
Page 142
Et si vous ne voulez pas recommencer à _courir_ joyeusement, vous devez - disparaître! Il ne faut pas vouloir être le médecin des incurables: ainsi enseigne Zarathoustra: disparaissez donc! Mais il faut plus de _courage_ pour faire une fin, qu'un vers nouveau: c'est ce que savent tous les médecins et tous les poètes.
Page 176
"Qui que tu sois, voyageur errant, dit-il, aide à un égaré qui cherche, à un vieillard à qui il pourrait bien arriver malheur ici! Ce monde est étranger et lointain pour moi, j'ai aussi entendu hurler les bêtes sauvages; et celui qui aurait pu me donner asile a lui-même disparu.
Page 179
"Que de bonnes choses m'a données cette journée, disait-il, pour me dédommager de l'avoir si mal commencée! Quels singuliers interlocuteurs j'ai trouvés! Je vais à présent remâcher longtemps leurs paroles, comme si elles étaient de bons grains; ma dent les broiera, les moudra et les remoudra sans cesse, jusqu'à ce qu'elles coulent comme du lait en l'âme!" - Mais à un tournant de route que dominait un rocher, soudain le paysage changea, et Zarathoustra entra dans le royaume de la mort.
Page 196
LA CÈNE Car, en cet endroit, le devin interrompit la salutation de Zarathoustra et de ses hôtes: il se pressa en avant, comme quelqu'un qui n'a pas de temps à perdre, saisit la main de Zarathoustra et s'écria: "Mais, Zarathoustra! Une chose est plus nécessaire que l'autre, c'est ainsi que tu parles toi-même: eh bien! il y a maintenant une chose qui m'est plus nécessaire que toutes les autres.
Page 208
Nous _cherchons_ des choses différentes, là-haut aussi, vous et moi.