Human, All-Too-Human: A Book for Free Spirits, Part 1 Complete Works, Volume Six

By Friedrich Nietzsche

Page 81

a new species of stimulants for life. They
presented themselves before the public eye, not exactly as an example
for the many, but as a terrible and yet ravishing spectacle, which took
place on that border-land between world and over-world, wherein at that
time all people believed they saw now rays of heavenly light and now
unholy tongues of flame glowing in the depths. The saint's eye, fixed
upon the terrible meaning of this short earthly life, upon the nearness
of the last decision concerning endless new spans of existence, this
burning eye in a half-wasted body made men of the old world tremble to
their very depths; to gaze, to turn shudderingly away, to feel anew the
attraction of the spectacle and to give way to it, to drink deep of it
till the soul quivered with fire and ague,--that was the last _pleasure
that antiquity invented_ after it had grown blunted even at the sight
of beast-baitings and human combats.


142.

Now to sum up. That condition of soul in which the saint or embryo
saint rejoiced, was composed of elements which we all know well,
only that under the influence of other than religious conceptions
they exhibit themselves in other colours and are then accustomed to
encounter man's blame as fully as, with that decoration of religion
and the ultimate meaning of existence, they may reckon on receiving
admiration and even worship,--might reckon, at least, in former ages.
Sometimes the saint practises that defiance of himself which is a
near relative of domination at any cost and gives a feeling of power
even to the most lonely; sometimes his swollen sensibility leaps from
the desire to let his passions have full play into the desire to
overthrow them like wild horses under the mighty pressure of a proud
spirit; sometimes he desires a complete cessation of all disturbing,
tormenting, irritating sensations, a waking sleep, a lasting rest in
the lap of a dull, animal, and plant-like indolence; sometimes he seeks
strife and arouses it within himself, because boredom has shown him its
yawning countenance. He scourges his self-adoration with self-contempt
and cruelty, he rejoices in the wild tumult of his desires and the
sharp pain of sin, even in the idea of being lost; he understands how
to lay a trap for his emotions, for instance even for his keen love
of ruling, so that he sinks into the most utter abasement and his
tormented soul is thrown out of joint by this contrast; and finally,
if he longs for visions, conversations with the dead or with divine
beings, it is at bottom a rare

Last Page Next Page

Text Comparison with Ainsi Parlait Zarathoustra

Page 12
Se faire libre, opposer une divine négation, même au devoir: telle, mes frères, est la tâche où il est besoin du lion.
Page 16
En vérité, il est difficile de démontrer l'Être et il est difficile de le faire parler.
Page 21
Voyez ce pauvre corps! Ses souffrances et ses désirs, sa pauvre âme essaya de les comprendre, - elle crut qu'ils étaient le plaisir et l'envie criminelle d'atteindre le bonheur du couteau.
Page 22
Qu'avons-nous de commun avec le bouton de rose qui tremble puisqu'une goutte de rosée l'oppresse.
Page 82
Je ne suis plus un savant pour les brebis: ainsi le veut mon sort.
Page 83
Nous sommes étrangers les uns aux autres et leurs vertus me sont encore plus contraires que leurs faussetés et leurs dés pipés.
Page 96
Parmi les hommes aussi il y a de belles couvées d'ardent soleil et.
Page 107
Et voici, il advint qu'il ne put les trouver, si ce n'est en commençant par les créer lui-même.
Page 119
Ils font tinter leur fer-blanc et sonner leur or.
Page 132
Le contentement qui goûte de tout: ce n'est pas là le meilleur goût! J'honore la langue du gourmet, le palais délicat et difficile qui a appris à dire: "Moi" et "Oui" et "Non".
Page 139
Car il faut beaucoup de nobles _pour qu'il y ait de la noblesse!_ Ou bien, comme j'ai dit jadis en parabole: "Ceci précisément est de la divinité, qu'il y ait beaucoup de dieux, mais pas de Dieu!" 12.
Page 141
Et leur lassitude finit par demander: "Pourquoi avons-nous jamais suivi ce chemin? Tout est égal!" C'est à _eux_ qu'il est agréable d'entendre prêcher: "Rien ne vaut la peine! Vous ne devez pas vouloir!" Ceci cependant est un appel à la servilité.
Page 148
Mais Zarathoustra prononça ces paroles: Debout, pensée vertigineuse, surgis du plus profond de mon être! Je suis ton chant du coq et ton aube matinale, dragon endormi; lève-toi! Ma voix finira bien par te réveiller! Arrache les tampons de tes oreilles: écoute! Car je veux que tu parles! Lève-toi! Il y a assez de tonnerre ici pour que même les tombes apprennent à entendre! Frotte tes yeux, afin d'en chasser le sommeil, toute myopie et tout aveuglement.
Page 155
- j'ai vu une barque d'or scintiller sur des eaux nocturnes, un berceau doré qui enfonçait, tirait de l'eau et faisait signe! Tu jetais un regard vers mon pied fou de danse, un regard berceur, fondant, riant et interrogateur: deux fois seulement, de tes petites mains, tu remuas ta crécelle - et déjà mon pied se dandinait, ivre de danse.
Page 180
Mais déjà il s'était relevé de terre et son visage se faisait dur.
Page 182
Tu as honte de la honte des grandes souffrances; et, en vérité, quand tu dis: "C'est de la compassion que s'élève un grand nuage, prenez garde, ô humains!" - quand tu enseignes: "Tous les créateurs sont durs, tout grand amour est supérieur à sa pitié": ô Zarathoustra, comme tu me sembles bien connaître les signes du temps! Mais toi-même - garde-toi de ta -propre- pitié! Car il y en a beaucoup qui sont en route vers toi, beaucoup de ceux qui se noient et qui gèlent.
Page 220
O hommes supérieurs, il est près de minuit: je veux donc vous dire quelque chose à l'oreille, quelque chose que cette vieille cloche m'a dit à l'oreille, - avec autant de secret, d'épouvante et de cordialité, qu'a mis à m'en parler cette vieille cloche de minuit qui a plus vécus qu'un seul homme: - qui compta déjà les battements douloureux des coeurs de vos pères - hélas! hélas! comme elle soupire! comme elle rit en rêve! la vieille heure de minuit, profonde, profonde! Silence! Silence! On entend bien des choses qui n'osent pas se dire de jour; mais maintenant que l'air est pur, que le bruit de vos coeurs s'est tu, lui aussi, - maintenant les choses parlent et s'entendent, maintenant elles glissent dans les âmes nocturnes dont les veilles se prolongent: hélas! hélas! comme elle soupire! comme elle rit en rêve! - n'entends-tu pas comme elle te parle _à toi_ secrètement, avec épouvante et cordialité, la vieille heure de minuit, profonde, profonde! O homme, prends garde! 4.
Page 226
D'autres, au contraire, donnent véritablement des éclaircissements et seront, pour le lecteur attentif, d'un secours précieux.
Page 227
6.
Page 229
créer du bien-être; la compassion des uns pour les autres.