Human, All-Too-Human: A Book for Free Spirits, Part 1 Complete Works, Volume Six

By Friedrich Nietzsche

Page 75

is like Don Quixote, who under-valued his own bravery
because his head was full of the marvellous deeds of the heroes of
the chivalric; romances,--the standard of measurement in both cases
belongs to the domain of fable. But if the idea of God is removed, so
is also the feeling of "sin" as a trespass against divine laws, as a
stain in a creature vowed to God. Then, perhaps, there still remains
that dejection which is intergrown and connected with the fear of the
punishment of worldly justice or of the scorn of men; the dejection of
the pricks of conscience, the sharpest thorn in the consciousness of
sin, is always removed if we recognise that though by our own deed we
have sinned against human descent, human laws and ordinances, still
that we have not imperilled the "eternal salvation of the Soul" and its
relation to the Godhead. And if man succeeds in gaining philosophic
conviction of the absolute necessity of all actions and their entire
irresponsibility, and absorbing this into his flesh and blood, even
those remains of the pricks of conscience vanish.


134.

Now if the Christian, as we have said, has fallen into the way of
self-contempt in consequence of certain errors through a false,
unscientific interpretation of his actions and sensations, he must
notice with great surprise how that state of contempt, the pricks of
conscience and displeasure generally, does not endure, how sometimes
there come hours when all this is wafted away from his soul and he
feels himself once more free and courageous. In truth, the pleasure in
himself, the comfort of his own strength, together with the necessary
weakening through time of every deep emotion, has usually been
victorious; man loves himself once again, he feels it,--but precisely
this new love, this self-esteem, seems to him incredible, he can only
see in it the wholly undeserved descent of a stream of mercy from on
high. If he formerly believed that in every event he could recognise
warnings, menaces, punishments, and every kind of manifestation of
divine anger, he now finds divine goodness in all his experiences,
--this event appears to him to be full of love, that one a helpful
hint, a third, and, indeed, his whole happy mood, a proof that God is
merciful. As formerly, in his state of pain, he interpreted his actions
falsely, so now he misinterprets his experiences; his mood of comfort
he believes to be the working of a power operating outside of himself,
the love with which he really loves himself seems to him to be divine
love; that which he calls mercy,

Last Page Next Page

Text Comparison with Considérations inactuelles, deuxième série Schopenhauer éducateur, Richard Wagner à Bayreuth

Page 1
LE CRÉPUSCULE DES IDOLES, LE CAS WAGNER, NIETZSCHE CONTRE WAGNER, L'ANTÉCHRIST, traduits par HENRI ALBERT 1 vol.
Page 15
de cette angoisse déprimante entre toutes: leur respiration devient plus pénible et le ton qu'ils prennent est souvent forcé.
Page 30
Mais on se trompe si l'on s'attend à quelque chose de semblable.
Page 32
dénigrement chagrin et morose, s'offrant toujours le premier en sacrifice à la vérité reconnue, mais restant convaincu, au fond de sa conscience, du sentiment que des souffrances seules pourront naître de sa véracité.
Page 35
Sa dignité et son élévation ne peuvent que nous mettre hors de nous-mêmes et par là nous éloignent de nouveau de toute communauté avec ceux qui agissent.
Page 41
cela et nulle autre chose doit être sa tâche.
Page 57
Ces individus doivent achever leur œuvre.
Page 63
Un philosophe est à la fois un grand penseur et un homme véritable, et quand a-t-on jamais pu faire d'un savant un homme véritable? Celui qui permet aux notions, aux opinions, aux choses du passé, aux livres de se placer entre lui et les objets, celui qui, au sens le plus large, est né pour l'histoire, ne verra jamais les objets pour la première fois et ne sera jamais lui-même un tel objet vu pour la première fois.
Page 64
Schopenhauer n'a malheureusement offensé d'innombrables savants par rien de plus qu'en ne leur ressemblant pas.
Page 65
C'est, comme on sait, le même que celui dont Schopenhauer aborda d'abord l'étude dans son célèbre traité consacré à la philosophie des universités.
Page 73
Je crois sérieusement qu'il vaut mieux pour l'Etat ne pas s'occuper du tout de philosophie, ne rien lui demander et, tant qu'il est possible, la laisser tranquille, comme s'il s'agissait de quelque chose que lui est indifférent.
Page 79
Pour un grand nombre de choses le moment est venu de mourir, car cet art nouveau est un art visionnaire, qui prévoit une ruine dont les arts seuls ne seront pas atteints.
Page 86
Sa vie devenait de plus en plus compliquée, mais les moyens et les détours qu'il découvrait dans son art, lui l'auteur dramatique, semblaient aussi de plus en plus hardis et fertiles en inventions, tout en n'étant au fond que des pis-aller scéniques, des motifs mis en avant, qui trompent un moment et ne sont inventés que pour un moment.
Page 100
Si leur imagination est incapable de leur faire distinguer les formes nouvelles qu'ils ont devant eux, s'ils ne voient sans cesse, derrière eux, que les formes anciennes, ils sont morts avant d'avoir cessé de vivre.
Page 126
faisait et éprouvait pendant les péripéties du drame, des circonstances intimes, que le poète dramatique avait jusqu'alors exclues de la scène comme peu dramatiques, forcèrent maintenant le spectateur à une participation passionnée, alors que le langage des gestes peut être réduit aux plus délicates modulations.
Page 145
Louis II de Bavière venait, en effet, de mettre 300.
Page 152
C'est pourquoi l'action est souvent un repos qui prend des formes plastiques et se manifeste par des groupes.
Page 161
»--H.
Page 165
D'une façon générale, ce fut certainement la même chose que, vers 1828, les disciples passionnés de Victor Hugo vénérèrent chez leur idole.
Page 177
123: L'antiquité indienne ouvre ses porte L'antiquité indienne ouvre ses portes p.