Human, All-Too-Human: A Book for Free Spirits, Part 1 Complete Works, Volume Six

By Friedrich Nietzsche

Page 164

might not
strike his foot against them--when he has gone out for the very purpose
of striking against them.


432.

THE DISCORD OF TWO CONCORDS.--Woman wants to serve, and finds her
happiness therein; the free spirit does not want to be served, and
therein finds his happiness.


433.

XANTIPPE.--Socrates found a wife such as he required,--but he
would not have sought her had he known her sufficiently well; even
the heroism of his free spirit would not have gone so far. As a
matter of fact, Xantippe forced him more and more into his peculiar
profession, inasmuch as she made house and home doleful and dismal
to him; she taught him to live in the streets and wherever gossiping
and idling went on, and thereby made him the greatest Athenian
street-dialectician, who had, at last, to compare himself to a gad-fly
which a god had set on the neck of the beautiful horse Athens to
prevent it from resting.


434.

BLIND TO THE FUTURE.--Just as mothers have senses and eye only for
those pains of their children that are evident to the senses and eye,
so the wives of men of high aspirations cannot accustom themselves to
see their husbands suffering, starving, or slighted,--although all this
is, perhaps, not only the proof that they have rightly chosen their
attitude in life, but even the guarantee that their great aims _must_
be achieved some time. Women always intrigue privately against the
higher souls of their husbands; they want to cheat them out of their
future for the sake of a painless and comfortable present.


435.

AUTHORITY AND FREEDOM.--However highly women may honour their husbands,
they honour still more the powers and ideas recognised by society; they
have been accustomed for millennia to go along with their hands folded
on their breasts, and their heads bent before everything dominant,
disapproving of all resistance to public authority. They therefore
unintentionally, and as if from instinct, hang themselves as a drag
on the wheels of free-spirited, independent endeavour, and in certain
circumstances make their husbands highly impatient, especially when the
latter persuade themselves that it is really love which prompts the
action of their wives. To disapprove of women's methods and generously
to honour the motives that prompt them--that is man's nature and often
enough his despair.


436.

_CETERUM CENSEO._--It is laughable when a company of paupers decree the
abolition of the right of inheritance, and it is not less laughable
when childless persons labour for the practical law-giving of a
country: they have not enough ballast in their ship to sail safely
over the ocean of the future. But it seems equally senseless if a man
who has chosen for

Last Page Next Page

Text Comparison with Considérations inactuelles, deuxième série Schopenhauer éducateur, Richard Wagner à Bayreuth

Page 13
Schopenhauer ne s'embarrasse pas des castes savantes, il.
Page 21
Pour la plupart des gens, c'est là quelque chose d'insupportable, parce qu'ils sont paresseux et que toute originalité est chargée de chaînes pénibles et lourdes à porter.
Page 30
Tous les domaines de la vie et de la nature, tous les passés, tous les arts, toutes les mythologies, toutes les sciences voient passer devant eux en hâte l'insatiable contemplateur; les désirs les plus profonds sont éveillés et calmés aussitôt; Hélène elle-même ne le retient pas plus longtemps; et alors le moment arrive immanquablement que guette son ironique compagnon.
Page 52
Il est vrai que chacun de ces fidèles et de ces obligés devient aussi pour le maître une calamité, parce que, tous, ils veulent l'imiter et qu'alors ses infirmités semblent comme démesurées et exagérées, quand on les aperçoit sur des êtres aussi médiocres, alors qu'au contraire les vertus du maître sont diminuées dans la même proportion dès qu'on les retrouve chez les disciples.
Page 56
La difficulté réside cependant pour l'homme en ceci qu'il lui faut désapprendre ce qu'il sait en vue de se fixer un but nouveau et il sera extrêmement difficile d'échanger contre des idées nouvelles des principes fondamentaux de notre éducation actuelle, lesquels ont leurs racines dans le moyen-âge et visent à imiter le savant médiéval comme type de l'instruction parfaite.
Page 58
J'espère donc qu'il y en aura quelques-uns qui comprendront ce que je veux dire, lorsque je présente les destinées de Schopenhauer et en vue de quoi, selon mon idée, Schopenhauer éducateur doit éduquer.
Page 60
C'est de cette façon qu'il a été connu peu à peu et qu'il est devenu célèbre et je crois qu'il y a maintenant plus de gens qui connaissent son nom que celui d'Hegel.
Page 67
La plupart d'entre eux se contenteront de hausser les épaules et de dire: «Comme si jamais quelque chose de grand et de pur avait pu séjourner et se maintenir sur cette terre sans faire de concessions à la bassesse humaine! Voulez-vous donc que l'Etat persécute le philosophe plutôt que de le prendre à son service en le rétribuant?» Sans répondre dès à présent à cette dernière question, j'ajoute seulement que ces concessions de la philosophie à l'Etat vont actuellement déjà très loin.
Page 73
Le plus raisonnable s'attelle à la charrue, le plus vaniteux ira à la cour.
Page 94
Cependant, tant qu'elle nous regarde, elle exige de notre part le calme.
Page 96
douter de cette mort?--sa mission suprême pour les temps à venir consisterait à s'unir, à se fondre dans la Totalité, de telle sorte qu'elle pourrait marcher au devant de sa ruine imminente, comme si elle ne formait qu'_une seule âme animée de sentiments tragiques_.
Page 102
S'ils veulent parler, la convention leur souffle quelque chose à l'oreille qui leur fait oublier ce qu'ils avaient voulu dire; veulent-ils se concerter entre eux, leur esprit se trouve paralysé comme par enchantement, de telle sorte qu'ils nomment bonheur ce qui est leur malheur et que c'est pour leur propre malheur qu'ils s'appliquent à s'unir les uns avec les autres.
Page 103
Le besoin de feindre et de dissimuler lui semble plus pressant que celui de se protéger du froid.
Page 107
Si l'on a essayé de ramener des dons particulièrement grandioses de certaines natures à des entraves intérieures ou à des lacunes du génie, si, pour Gœthe, par exemple, la poésie ne fut qu'une sorte de palliatif pour une vocation de peintre manquée, si l'on peut dire des drames de Schiller qu'ils sont de l'éloquence populaire transposée, si Wagner lui-même cherche à expliquer l'encouragement de la musique par les Allemands, entre autres circonstances, par le fait que ceux-ci, privés du don séducteur d'une voix naturellement mélodieuse, furent obligés de concevoir la musique avec le même sérieux profond que leurs réformateurs observèrent la face du christianisme.
Page 125
Dans les paroles ils en perçoivent en outre une seconde image plus affaiblie, traduite en une volonté réfléchie.
Page 134
Pareil à un réfugié, il cherche à préserver, non pas lui-même, mais un secret précieux, comme une femme malheureuse qui veut sauver la vie de l'enfant qu'elle porte dans son sein et non pas la sienne propre; semblable à Sieglinde, il vit «pour l'amour de l'Amour».
Page 136
écrits, comme _Beethoven_, _De l'Art de diriger_, _Comédiens et Chanteurs_, _Etat et Religion_, font taire toutes les velléités de contradiction et imposent au lecteur une méditation silencieuse, profonde et recueillie, comme il convient en présence d'un précieux reliquaire.
Page 143
De nombreux témoignages datant de cette époque font preuve, de part et d'autre, d'un attachement sincère.
Page 162
Cependant, tout ce que j'ai alors vécu, j'y vis pour une catégorie particulière d'hommes des expériences typiques qu'il me parut être mon devoir d'exprimer.
Page 172
Entre nous, nous pouvons faire des allusions presque savantes: nous nous comprenons déjà.