Human, All-Too-Human: A Book for Free Spirits, Part 1 Complete Works, Volume Six

By Friedrich Nietzsche

Page 149

a
person prefers to live in dependence at the expense of others, usually
with a secret bitterness against them, in order only that he may not be
obliged to work. Such a disposition is far more frequent in women than
in men, also far more pardonable (for historical reasons).


357.

ON THE ALTAR OF RECONCILIATION.--There are circumstances under which
one can only gain a point from a person by wounding him and becoming
hostile; the feeling of having a foe torments him so much that he
gladly seizes the first indication of a milder disposition to effect a
reconciliation, and offers on the altar of this reconciliation what was
formerly of such importance to him that he would not give it up at any
price.


358.

PRESUMPTION IN DEMANDING PITY.--There are people who, when they have
been in a rage and have insulted others, demand, firstly, that it shall
all be taken in good part; and, secondly, that they shall be pitied
because they are subject to such violent paroxysms. So far does human
presumption extend.


359.

BAIT.--"Every man has his price"--that is not true. But perhaps
every one can be found a bait of one kind or other at which he will
snap. Thus, in order to gain some supporters for a cause, it is only
necessary to give it the glamour of being philanthropic, noble,
charitable, and self-denying--and to what cause could this glamour not
be given! It is the sweetmeat and dainty of _their_ soul; others have
different ones.


360.

THE ATTITUDE IN PRAISING.--When good friends praise a gifted person he
often appears to be delighted with them out of politeness and goodwill,
but in reality he feels indifferent. His real nature is quite unmoved
towards them, and will not budge a step on that account out of the sun
or shade in which it lies; but people wish to please by praise, and it
would grieve them if one did not rejoice when they praise a person.


361.

THE EXPERIENCE OF SOCRATES.--If one has become a master in one thing,
one has generally remained, precisely thereby, a complete dunce in most
other things; but one forms the very reverse opinion, as was already
experienced by Socrates. This is the annoyance which makes association
with masters disagreeable.


362.

A MEANS OF DEFENCE.--In warring against stupidity, the most just and
gentle of men at last become brutal. They are thereby, perhaps, taking
the proper course for defence; for the most appropriate argument for
a stupid brain is the clenched fist. But because, as has been said,
their character is just and gentle, they suffer more by this means of
protection than they injure their

Last Page Next Page

Text Comparison with Ainsi Parlait Zarathoustra

Page 27
Vous devez chercher votre ennemi et faire votre guerre, une guerre pour vos pensées! Et si votre pensée succombe, votre loyauté doit néanmoins crier victoire! Vous devez aimer la paix comme un moyen de guerres nouvelles.
Page 60
La flamme s'indigne lorsqu'ils mettent au feu leur coeur humide; l'esprit lui-même bouillonne et fume quand la canaille s'approche du feu.
Page 77
En vérité, ce n'est pas dans la satiété que son désir doit se taire et sombrer, mais dans la beauté.
Page 84
Et puisque nous savons peu de choses, nous aimons du fond du coeur les pauvres d'esprit, surtout quand ce sont des jeunes femmes! Et nous désirons même les choses que les vieilles femmes se racontent le soir.
Page 92
Tu peux guérir des aveugles, faire courir des boiteux et tu peux alléger un peu celui qui a une trop lourde charge derrière lui: - Ce serait, je crois, la véritable façon de faire que les infirmes croient en Zarathoustra!" Mais Zarathoustra répondit ainsi à celui qui avait parlé: si l'on enlève au bossu sa bosse, on lui prend en même temps son esprit - c'est ainsi qu'enseigne le peuple.
Page 101
Et lorsqu'il arriva sur la hauteur de la crête, il vit l'autre mer qui était étendue devant lui: alors il demeura immobile et il garda longtemps le silence.
Page 102
Lorsque, parmi les matelots, il fut notoire que Zarathoustra se trouvait sur le vaisseau - car en même temps que lui un homme des Iles Bienheureuses était venu à bord, - il y eut une grande curiosité et une grande attente.
Page 106
Ma main se mit à tirer le serpent, mais je tirais en vain! elle n'arrivait pas à arracher le serpent du gosier.
Page 125
Si l'on annonce sa sagesse à sons de cloches: les épiciers sur la place publique en couvriront le son par le bruit des gros sous! Chez eux tout parle, personne ne sait plus comprendre.
Page 128
Volupté - c'est pour tous les pénitents en silice qui méprisent le corps, l'aiguillon et la mortification, c'est le "monde" maudit chez tous les hallucinés de l'arrière-monde: car elle nargue et éconduit tous les hérétiques.
Page 149
Quelle douceur n'y a-t-il pas dans les mots et les sons! les mots et les sons ne sont-ils pas les arcs-en-ciel et des ponts illusoires jetés entre des êtres à jamais séparés? A chaque âme appartient un autre monde, pour chaque âme toute autre âme est un arrière-monde.
Page 152
Les âmes sont aussi mortelles que les corps.
Page 156
C'est par delà le bien et mal que nous avons trouvé notre île et notre verte prairie.
Page 180
y mourir lorsqu'elle devenait vieille.
Page 196
Vous n'êtes que des avant-coureurs, venus vers moi pour m'annoncer que d'autres, de plus grands, sont en route vers moi, - non point les hommes du grand désir, du grand dégoût, de la grande satiété, ni ce que vous avez appelé "ce qui reste de Dieu sur la terre".
Page 197
Car, chez Zarathoustra, un roi même peut être cuisinier.
Page 212
.
Page 215
C'est ton innocence de ne point savoir ce que c'est que l'innocence.
Page 217
(Et Zarathoustra montra le ciel du doigt.
Page 226
APPENDICE Les fragments qui suivent sont empruntés aux _Oeuvres posthumes de Frédéric Nietzsche et peuvent aider à la compréhension d'_Ainsi parlait Zarathoustra_.