Early Greek Philosophy & Other Essays Collected Works, Volume Two

By Friedrich Nietzsche

Page 36

true
virtuosi of philistinism the Germans are at home in narrowness of life,
discerning and judging; if any one will carry them above themselves
into the sublime, then they make themselves heavy as lead, and as such
lead-weights they hang to their truly great men, in order to pull them
down out of the ether to the level of their own necessitous indigence.
Perhaps this Philistine homeliness may be only the degeneration of
a genuine German virtue--a profound submersion into the detail, the
minute, the nearest and into the mysteries of the individual--but this
virtue grown mouldy is now worse than the most open vice, especially
since one has now become conscious, with gladness of the heart, of this
quality, even to literary self-glorification. Now the _"Educated"_
among the proverbially so cultured Germans and the _"Philistines"_
among the, as everybody knows, so uncultured Germans shake hands
in public and agree with one another concerning the way in which
henceforth one will have to write, compose poetry, paint, make music
and even philosophise, yea--rule, so as neither to stand too much aloof
from the culture of the one, nor to give offence to the "homeliness"
of the other. This they call now "The German Culture of our times."
Well, it is only necessary to inquire after the characteristic by which
that "educated" person is to be recognised; now that we know that his
foster-brother, the German Philistine, makes himself known as such to
all the world, without bashfulness, as it were, after innocence is lost.

The educated person nowadays is educated above all _"historically,"_ by
his historic consciousness he saves himself from the sublime in which
the Philistine succeeds by his "homeliness." No longer that enthusiasm
which history inspires--as Goethe was allowed to suppose--but just the
blunting of all enthusiasm is now the goal of these admirers of the
_nil admirari,_ when they try to conceive everything historically; to
them however we should exclaim: Ye are the fools of all centuries!
History will make to you only those confessions, which you are worthy
to receive. The world has been at all times full of trivialities and
nonentities; to your historic hankering just these and only these
unveil themselves. By your thousands you may pounce upon an epoch--you
will afterwards hunger as before and be allowed to boast of your sort
of starved soundness. _Illam ipsam quam iactant sanitatem non firmitate
sed iciunio consequuntur. (Dialogus de oratoribus, cap._ 25.) History
has not thought fit to tell you anything that is essential, but
scorning and invisible she stood by your side, slipping into this one's
hand some state proceedings, into that one's

Last Page Next Page

Text Comparison with Ainsi Parlait Zarathoustra

Page 11
Ils ont voulu savoir si Zarathoustra vivait encore.
Page 20
tes vertus désire ce qu'il y a de plus haut: elle veut tout ton esprit, afin que ton esprit soit _son_ héraut, elle veut toute ta force dans la colère, la haine et l'amour.
Page 30
Le comédien a de l'esprit, mais peu de conscience de l'esprit.
Page 43
DE L'ENFANT ET DU MARIAGE J'ai une question pour toi seul, mon frère.
Page 45
Il y en a aussi qui deviennent trop vieux pour leurs vérités et leurs victoires; une bouche édentée n'as plus droit à toutes les vérités.
Page 59
Hélas! le cri de ceux-là parvint aussi à votre oreille, ô vertueux, le cri de ceux qui disent: "Tout ce que je ne suis _pas_, est pour moi Dieu et vertu!" Et il en est d'autres qui s'avancent lourdement et en grinçant comme des chariots qui portent des pierres vers la vallée: ils parlent beaucoup de dignité et de vertu, - c'est leur frein qu'ils appellent vertu.
Page 70
C'est de vous, mes morts préférés, que me vient un doux parfum qui soulage le.
Page 99
Cependant je vous ai aussi appris à savoir quel est toujours le plus discret parmi les hommes - et qui veut être discret! Hélas! mes amis! J'aurais encore quelque chose à vous dire, j'aurais encore quelque chose à vous donner! Pourquoi est-ce que je ne.
Page 107
O après-midi de ma vie! Un jour _mon_ bonheur, lui aussi, est descendu dans la vallée pour y chercher un asile: alors il a trouvé ces âmes ouvertes et hospitalières.
Page 115
- Mais pourquoi parler, quand personne n'a _mes_ oreilles! Il est encore une heure trop tôt pour moi.
Page 117
vieillard à la tête blanche, - le ciel d'hiver, silencieux, qui laisse parfois même le soleil dans le silence.
Page 150
" - - "O espiègles que vous êtes, ô serinettes! Répondit Zarathoustra en souriant de nouveau, comme vous saviez bien ce qui devait s'accomplir en sept jours: - et comme ce monstre s'est glissé au fond de ma gorge pour m'étouffer! Mais d'un coup de dent je lui ai coupé la tête et je l'ai crachée loin de moi.
Page 151
"Cesse de parler, convalescent! - ainsi lui répondirent ses animaux, mais sors d'ici, va où t'attend le monde, semblable à un jardin.
Page 160
Un jour qu'il était assis sur une pierre devant sa caverne, regardant en silence dans le lointain - car de ce point on voyait la mer, bien loin par-dessus des abîmes tortueux, - ses animaux pensifs tournèrent autour de lui et finirent par se placer devant lui.
Page 172
L'ENCHANTEUR 1.
Page 176
Malheur à moi, dit-il à son coeur, je vois de l'affliction masquée, ce visage me semble appartenir à la prêtraille; que veulent _ces gens_ dans mon royaume? Comment! J'ai à peine échappé à cet enchanteur: et déjà un autre nécromant passe sur mon chemin, - un magicien quelconque qui impose les mains, un sombre faiseur de miracles par la grâce de Dieu, un onctueux diffamateur du monde: que le diable l'emporte! Mais le diable n'est jamais là quand on aurait besoin de lui: toujours il arrive trop tard, ce maudit nain, ce maudit pied-bot!" - Ainsi sacrait Zarathoustra, impatient dans son coeur, et il songea comment il pourrait faire pour passer devant l'homme noir, en détournant le regard: mais voici il en fut autrement.
Page 183
Pour te récompenser, je te recommande le mien.
Page 194
Tout est égal, tout en vain: à moins que - nous ne vivions avec Zarathoustra!" "Pourquoi ne vient-il pas, celui qui s'est annoncé si longtemps? ainsi demandent beaucoup de gens; la solitude l'a-t-elle dévoré? Ou bien est-ce nous qui devons venir auprès de lui?" Il arrive maintenant que la solitude elle-même s'attendrisse et se brise, semblable à une tombe qui s'ouvre et qui ne peut plus tenir ses morts.
Page 197
C'est précisément du pain que n'ont point les solitaires.
Page 217
"Ce n'est pas par la colère, c'est par le rire que l'on tue" - ainsi parlais-tu jadis.