Early Greek Philosophy & Other Essays Collected Works, Volume Two

By Friedrich Nietzsche

Page 25

or bad opera-verses. The worst music can still mean, as
compared with the best poetry, the Dionysean world-subsoil, and the
worst poetry can be mirror, image and reflection of this subsoil, if
together with the best music: as certainly, namely, as the single tone
against the metaphor is already Dionysean, and the single metaphor
together with idea and word against music is already Apollonian. Yea,
even bad music together with bad poetry can still inform as to the
nature of music and poesy.

When therefore Schopenhauer felt Bellini's "Norma," for example, as the
fulfilment of tragedy, with regard to that opera's music and poetry,
then he, in Dionysean-Apollonian emotion and self-forgetfulness, was
quite entitled to do so, because he perceived music and poetry in
their most general, as it were, philosophical value, _as_ music and
poetry: but with that judgment he showed a poorly educated taste,--for
good taste always has historical perspective. To us, who intentionally
in this investigation avoid any question of the historic value of an
art-phenomenon and endeavour to focus only the phenomenon itself,
in its unaltered eternal meaning, and consequently in its _highest_
type, too,--to us the art-species of the "opera" seems to be justified
as much as the folk-song, in so far as we find in both that union
of the Dionysean and Apollonian and are permitted to assume for the
opera--namely for the highest type of the opera--an origin analogous to
that of the folk-song. Only in so far as the opera historically known
to us has a completely different origin from that of the folk-song
do we reject this "opera," which stands in the same relation to that
generic notion just defended by us, as the marionette does to a living
human being. It is certain, music never can become a means in the
service of the text, but must always defeat the text, yet music must
become bad when the composer interrupts every Dionysean force rising
within himself by an anxious regard for the words and gestures of his
marionettes. If the poet of the opera-text has offered him nothing more
than the usual schematised figures with their Egyptian regularity, then
the freer, more unconditional, more Dionysean is the development of the
music; and the more she despises all dramatic requirements, so much
the higher will be the value of the opera. In this sense it is true the
opera is, at its best, good music, and nothing but music: whereas the
jugglery performed at the same time is, as it were, only a fantastic
disguise of the orchestra, above all, of the most important instruments
the orchestra has: the

Last Page Next Page

Text Comparison with Ainsi Parlait Zarathoustra

Page 3
Ce qu'il y a de grand dans l'homme, c'est qu'il est un pont et non un but: ce que l'on peut aimer en l'homme, c'est qu'il est un _passage_ et un _déclin.
Page 16
est bien caché devant les hommes, ce monde efféminé et inhumain qui est un néant céleste; et le ventre de l'Être ne parle pas à l'homme, si ce n'est comme homme.
Page 23
" "Oui, dans le mal! s'écria derechef le jeune homme.
Page 38
Elles enflent et rendent plus vide encore.
Page 83
C'est pour cela qu'ils m'en ont voulu.
Page 101
Ah! mer triste et noire au-dessous de moi! Ah! sombre et nocturne mécontentement! Ah! destinée, océan! C'est vers vous qu'il faut que je _descende_! Je suis devant ma plus haute montagne et devant mon plus long voyage: c'est pourquoi il faut que je descende plus bas que je ne suis jamais monté: plus bas dans la douleur que je ne suis jamais descendu, jusque dans l'onde la plus noire de douleur! Ainsi le veut ma destinée: Eh bien! Je suis prêt.
Page 107
Maintenant _le bonheur_ a rendu toute lumière plus tranquille.
Page 127
_La volupté, le désir de domination, l'égoïsme_: ces trois choses ont été les plus maudites et les plus calomniées jusqu'à présent, - ce sont ces trois choses que je veux peser humainement bien.
Page 128
Volupté - ce n'est un poison doucereux que pour les flétris, mais pour ceux qui ont la volonté du lion, c'est le plus grand cordial, le vin des vins, que l'on ménage religieusement.
Page 129
Elle méprise aussi toute sagesse lamentable: car, en vérité, il y a aussi la sagesse qui fleurit dans l'obscurité; une sagesse d'ombre nocturne qui soupire toujours: "Tout est vain!" Elle ne tient pas en estime la craintive méfiance et ceux qui veulent des serments au lieu de regards et de mains tendues: et non plus la sagesse trop méfiante, - car c'est ainsi que font les âmes lâches.
Page 131
C'est au contraire de tous les arts le plus subtil, le plus rusé, le dernier et le plus patient.
Page 161
- Oui, mes animaux, repartit Zarathoustra, vous conseillez à merveille et tout à fait selon mon coeur: je veux monter aujourd'hui sur une haute montagne! Mais veillez à ce que j'y trouve du miel à ma portée, du miel des ruches dorées, du miel jaune et blanc et bon et d'une fraîcheur glaciale.
Page 186
J'aime le miel, et je mâchonne aussi des grains, car j'ai cherché ce qui a bon goût et rend l'haleine pure: et aussi ce qui demande beaucoup de temps, et sert de passe-temps et de friandise aux doux paresseux et aux fainéants.
Page 194
Et malgré l'élévation de ta hauteur, il faut que beaucoup montent auprès de toi; ta barque ne doit plus rester longtemps à l'abri.
Page 205
Celui qui donne des ailes aux ânes et qui trait les lionnes, qu'il soit loué, cet esprit bon et indomptable qui vient comme un ouragan, pour tout ce qui est aujourd'hui et pour toute la populace, - celui qui est l'ennemi de toutes les têtes de chardons, de toutes les têtes fêlées, et de toutes les feuilles fanées et de toute ivraie: loué soit cet esprit de tempête, cet esprit sauvage, bon et libre, qui danse sur les marécages et les tristesses comme sur des prairies! Celui qui hait les chiens étiolés de la populace et toute cette engeance manquée et sombre: béni soit cet esprit de tous les esprits libres, la tempête riante qui souffle la poussière dans les yeux de tous ceux qui voient noir et qui sont ulcérés! O hommes supérieurs, ce qu'il y a de plus mauvais en vous: c'est que tous vous n'avez pas appris à danser comme il faut danser, - à danser par-dessus vos têtes! Qu'importe que vous n'ayez pas réussi! Combien de choses sont encore possibles! _Apprenez_ donc à rire par-dessus vos têtes! Élevez vos coeurs, haut, plus haut! Et n'oubliez pas non plus le bon rire! Cette couronne du rieur, cette couronne de roses à vous, mes frères, je jette cette couronne! J'ai canonisé le rire; hommes supérieurs, _apprenez_ donc - à rire! LE CHANT DE LA MÉLANCOLIE 1.
Page 213
Mais avec une nourriture de guerriers, une nourriture de conquérants: j'ai éveillé de nouveaux désirs.
Page 216
la terre.
Page 220
Tâche quotidienne! tâche quotidienne! Qui doit être le maître du monde? La lune est fraîche, le vent se tait.
Page 227
Il y a une force morale prodigieuse, mais il n'y a plus de _but_, où toute la force pourrait être utilisée.
Page 234
Il faut que nous prenions sur nous toute souffrance qui a jamais été soufferte, par les hommes et par les animaux, il faut que nous donnions à cette souffrance un caractère affirmateur et que nous ayons _un but_ qui lui prête _de la raison_.