Early Greek Philosophy & Other Essays Collected Works, Volume Two

By Friedrich Nietzsche

Page 17

even a
clearly represented action to the pure language of tones, although the
latter, being self-sufficient, needs no help; so that our perceiving
and reflecting intellect, which does not like to be quite idle, may
meanwhile have light and analogous occupation also. By this concession
to the intellect man's attention adheres even more closely to music,
by this at the same time, too, is placed underneath that which the
tones indicate in their general metaphorless language of the heart,
a visible picture, as it were a schema, as an example illustrating a
general idea ... indeed such things will even heighten the effect
of music." (Schopenhauer, Parerga, II., "On the Metaphysics of the
Beautiful and Æsthetics," § 224.) If we disregard the naturalistic
external motivation according to which our perceiving and reflecting
intellect does not like to be quite idle when listening to music, and
attention led by the hand of an obvious action follows better--then
the drama in relation to music has been characterised by Schopenhauer
for the best reasons as a schema, as an example illustrating a general
idea: and when he adds "indeed such things will even heighten the
effect of music" then the enormous universality and originality of
vocal music, of the connection of tone with metaphor and idea guarantee
the correctness of this utterance. The music of every people begins in
closest connection with lyricism and long before absolute music can be
thought of, the music of a people in that connection passes through
the most important stages of development. If we understand this primal
lyricism of a people, as indeed we must, to be an imitation of the
artistic typifying Nature, then as the original prototype of that union
of music and lyricism must be regarded: _the duality in the essence
of language,_ already typified by Nature. Now, after discussing the
relation of music to metaphor we will fathom deeper this essence of
language.

In the multiplicity of languages the fact at once manifests itself,
that word and thing do not necessarily coincide with one another
completely, but that the word is a symbol. But what does the word
symbolise? Most certainly only conceptions, be these now conscious
ones or as in the greater number of cases, unconscious; for how
should a word-symbol correspond to that innermost nature of which we
and the world are images? Only as conceptions we know that kernel,
only in its metaphorical expressions are we familiar with it; beyond
that point there is nowhere a direct bridge which could lead us to it.
The whole life of impulses, too, the play of feelings, sensations,
emotions, volitions, is known to

Last Page Next Page

Text Comparison with Ainsi Parlait Zarathoustra

Page 0
Bénis-moi donc, oeil tranquille, qui peux voir sans envie un bonheur même sans mesure! Bénis la coupe qui veut déborder, que l'eau toute dorée en découle, apportant partout le reflet de ta joie! Vois! cette coupe veut se vider à nouveau et Zarathoustra veut redevenir homme.
Page 2
Que peut-il vous arriver de plus sublime? C'est l'heure du grand mépris.
Page 17
Mais le corps est pour eux une chose maladive: et volontiers ils sortiraient de leur peau.
Page 40
Va dans ta solitude avec mes larmes, ô mon frère.
Page 45
Qu'ils tâchent au moins de mieux réussir dans leur mort.
Page 46
C'est ainsi que je veux mourir moi-même, afin que vous aimiez davantage la terre à cause de moi, ô mes amis; et je veux revenir à la terre pour que je retrouve mon repos en celle qui m'a engendré.
Page 52
qu'elle sera soulagée.
Page 90
Alpa! m'écriais-je, qui porte sa cendre vers la montagne? Alpa! Alpa! qui porte sa cendre vers la montagne? Et je serrais la clef, et j'ébranlais la porte et je me perdais en efforts.
Page 107
Et, à cause de lui et de ses semblables, il faut que je me réalise _moi_-même: c'est pourquoi je me dérobe maintenant à mon bonheur, m'offrant à tous les.
Page 109
Et il attendit son malheur toute la nuit: mais il attendit en vain.
Page 130
Mon estomac - est peut-être l'estomac d'un aigle.
Page 146
tentative, voilà ce que j'enseigne, - une longue recherche; mais elle cherche celui qui commande! - une tentative, ô mes frères! et _non_ un "contrat"! Brisez, brisez-moi de telles paroles qui sont des paroles de coeurs lâches et des demi-mesures! 26.
Page 156
Voilà ce que me répondit alors la vie, en se bouchant ses délicates oreilles: "O Zarathoustra! Ne claque donc pas si épouvantablement de ton fouet! Tu le sais bien: le bruit assassine les pensées, - et voilà que me viennent de si tendres pensées.
Page 161
" - Cependant, lorsque Zarathoustra fut arrivé au sommet, il renvoya les animaux qui l'avaient accompagné, et il s'aperçut qu'il était seul: - alors il rit de tout coeur, regarda autour de lui et parla ainsi: J'ai parlé d'offrandes et d'offrandes de miel; mais ce n'était là qu'une ruse de mon discours et, en vérité, une folie utile! Déjà je puis parler plus librement là-haut que devant les retraites des ermites et les animaux domestiques des ermites.
Page 171
Et, en vérité, avec mon propre sang, j'ai augmenté ma propre science.
Page 180
Et un lourd accablement s'appesantit sur son esprit: en sorte qu'il se mit à marcher lentement et toujours plus lentement, jusqu'à ce qu'il finit par s'arrêter.
Page 185
" "C'est là que tu as appris, interrompit Zarathoustra, combien il est plus difficile de bien donner que de bien prendre, que c'est un _art_ de bien donner, que c'est la maîtrise dernière d'ingénieuse bonté.
Page 196
Vous n'êtes point ceux à qui appartiennent mon nom et mes biens de ce monde.
Page 201
Ayez aujourd'hui une bonne méfiance, hommes supérieurs! hommes courageux! hommes francs! Et tenez secrètes vos raisons.
Page 228
16.