Early Greek Philosophy & Other Essays Collected Works, Volume Two

By Friedrich Nietzsche

Page 0

(Images generously made available by the Hathi Trust.)





EARLY GREEK PHILOSOPHY & OTHER ESSAYS

By

FRIEDRICH NIETZSCHE

TRANSLATED BY

MAXIMILIAN A. MÜGGE

AUTHOR OF "FR. NIETZSCHE, HIS LIFE AND WORK," ETC.


The Complete Works of Friedrich Nietzsche

The First Complete and Authorised English Translation

Edited by Dr Oscar Levy

Volume Two

T.N. FOULIS

13 & 15 FREDERICK STREET

EDINBURGH: AND LONDON

1911




CONTENTS


TRANSLATOR'S PREFACE

1. THE GREEK STATE--Preface to an unwritten book (1871)

2. THE GREEK WOMAN--Fragment (1871)

3. ON MUSIC AND WORDS--Fragment (1871)

4. HOMER'S CONTEST--Preface to an unwritten book (1872)

5. THE RELATION OF SCHOPENHAUER'S PHILOSOPHY TO A GERMAN CULTURE
--Preface to an unwritten book (1872)

6. PHILOSOPHY DURING THE TRAGIC AGE OF THE GREEKS (1873)

7. ON TRUTH AND FALSITY IN THEIR ULTRAMORAL SENSE (1873)




TRANSLATOR'S PREFACE


The essays contained in this volume treat of various subjects. With
the exception of perhaps one we must consider all these papers as
fragments. Written during the early Seventies, and intended mostly as
prefaces, they are extremely interesting, since traces of Nietzsche's
later tenets--like Slave and Master morality, the Superman--can be
found everywhere. But they are also very valuable on account of the
young philosopher's daring and able handling of difficult and abstruse
subjects. "Truth and Falsity," and "The Greek Woman" are probably the
two essays which will prove most attractive to the average reader.

In the essay on THE GREEK STATE the two tenets mentioned above
are clearly discernible, though the Superman still goes by the
Schopenhauerian label "genius." Our philosopher attacks the modern
ideas of the "dignity of man" and of the "dignity of labour," because
Existence seems to be without worth and dignity. The preponderance
of such illusory ideas is due to the political power nowadays vested
in the "slaves." The Greeks saw no dignity in labour. They saw the
necessity of it, and the necessity of slavery, but felt ashamed of
both. Not even the labour of the artist did they admire, although they
praised his completed work.

If the Greeks perished through their slavery, one thing is still more
certain: we shall perish through the lack of slavery. To the essence
of Culture slavery is innate. It is part of it. A vast multitude must
labour and "slave" in order that a few may lead an existence devoted to
beauty and art.

Strife and war are necessary for the welfare of the State. War
consecrates and purines the State. The purpose of the military State
is the creating of the military genius, the ruthless conqueror, the
War-lord. There also exists a mysterious connection between the State
in general and the creating of the genius.

In THE GREEK WOMAN, Nietzsche, the man who said, "One cannot think
highly enough of women,"

Next Page

Text Comparison with Ainsi Parlait Zarathoustra

Page 0
AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA Par Frédéric Nietzsche.
Page 5
C'est pourquoi ils n'aiment pas, quand on parle d'eux, entendre le mot de "mépris".
Page 16
Zarathoustra est indulgent pour les malades.
Page 27
Et chez quelques-uns d'entre vous il y a de la haine à première vue.
Page 37
Vous ne savez pas vous supporter vous-mêmes et vous ne vous aimez pas assez: c'est pourquoi vous voudriez séduire votre prochain par votre amour et vous dorer de son erreur.
Page 79
Les hommes actuels vers qui tout à l'heure mon coeur était poussé sont maintenant pour moi des étrangers qu'excitent mon rire; je suis chassé des patries et des terres natales.
Page 90
Mais la porte ne s'ouvrait pas d'un doigt! Alors l'ouragan écarta avec violence les ailes de la porte: avec des sifflements et des cris aigus qui coupaient l'air, il me jeta un cercueil noir: Et, en sifflant et en hurlant, le cercueil se brisa et cracha mille éclats de rire.
Page 103
Mais Zarathoustra était l'ami de tous ceux qui font de longs voyages et qui ne daignent pas vivre sans danger.
Page 114
La vertu, c'est pour eux ce qui rend modeste et apprivoisé: c'est ainsi qu'ils ont fait du loup un chien et de l'homme même le meilleur animal domestique de l'homme.
Page 117
Silencieux ciel d'hiver à la barbe de neige, tête blanche aux yeux clairs au-dessus de moi! O divin symbole de mon âme et de la pétulance de mon âme! Et ne _faut_-il pas que je monte sur des échasses, pour qu'ils ne voient _pas_ mes longues jambes, - tous ces tristes envieux autour de moi? Toutes ces âmes enfumées, renfermées, usées, moisies, aigries - comment leur envie _saurait_-elle supporter mon bonheur? C'est pourquoi je ne leur montre que l'hiver et la glace qui sont sur mes sommets - je ne leur montre _pas_ que ma montagne est entourée de toutes les ceintures de soleil! Ils n'entendent siffler que mes tempêtes hivernales: et ne savent _pas_ que je passe aussi sur de chaudes mers, pareil à des vents du sud langoureux, lourds et ardents.
Page 133
Et j'ai surtout appris à me tenir debout, à marcher, à courir, à sauter, à grimper et à danser.
Page 138
C'est pourquoi, mes frères, il faut une.
Page 144
C'est ainsi que je veux l'homme et la femme: l'un.
Page 145
C'est pourquoi je veux que ceux qui sont de bonne foi disent: "Nous nous aimons: _veillons_ à nous garder en affection! Ou bien notre promesse serait-elle une méprise!" - "Donnez-nous un délai, une petite union pour que nous voyions si nous sommes capables d'une longue union! C'est une grande chose que d'être toujours à deux!" C'est ainsi que je conseille à tous ceux qui sont de bonne foi; et que serait donc mon amour du Surhumain et de tout ce qui doit venir si je conseillais et si je parlais autrement! Il ne faut pas seulement vous multiplier, mais vous _élever_ - ô mes frères, que vous soyez aidés en cela par le jardin du mariage.
Page 146
- 27.
Page 170
" "Tu te trompes, dit Zarathoustra plein de pitié, en le retenant, tu te trompes: tu n'es pas ici dans ton royaume, mais dans le mien, et ici il ne doit arriver malheur à personne.
Page 199
Avez-vous du courage, ô mes frères? Étes-vous résolus? _Non pas_ du courage devant.
Page 202
Vous qui créez, il y a en vous beaucoup d'impuretés.
Page 221
O hommes supérieurs, ne le sentez-vous pas? Secrètement une odeur monte, - un parfum et une odeur d'éternité, une odeur de vin doré, bruni et divinement rosé de vieux bonheur, - un bonheur enivré de mourir, un bonheur de minuit qui chante: le monde est profond ET PLUS PROFOND QUE NE PENSAIT LE JOUR! 7.
Page 226
Tels qu'ils se présentent ici et malgré leur caractère inachevé, ces quatre-vingt-deux aphorismes permettront en tous les cas de jeter un coup d'oeil dans le laboratoire intellectuel de Nietzsche.