Beyond Good and Evil

By Friedrich Nietzsche

Page 115

which bids me wait and wait, but not yet
hope).--There is also still in France a pre-understanding and
ready welcome for those rarer and rarely gratified men, who are too
comprehensive to find satisfaction in any kind of fatherlandism, and
know how to love the South when in the North and the North when in the
South--the born Midlanders, the "good Europeans." For them BIZET
has made music, this latest genius, who has seen a new beauty and
seduction,--who has discovered a piece of the SOUTH IN MUSIC.

255. I hold that many precautions should be taken against German music.
Suppose a person loves the South as I love it--as a great school
of recovery for the most spiritual and the most sensuous ills, as a
boundless solar profusion and effulgence which o'erspreads a sovereign
existence believing in itself--well, such a person will learn to be
somewhat on his guard against German music, because, in injuring his
taste anew, it will also injure his health anew. Such a Southerner, a
Southerner not by origin but by BELIEF, if he should dream of the future
of music, must also dream of it being freed from the influence of the
North; and must have in his ears the prelude to a deeper, mightier, and
perhaps more perverse and mysterious music, a super-German music, which
does not fade, pale, and die away, as all German music does, at the
sight of the blue, wanton sea and the Mediterranean clearness of sky--a
super-European music, which holds its own even in presence of the brown
sunsets of the desert, whose soul is akin to the palm-tree, and can be
at home and can roam with big, beautiful, lonely beasts of prey... I
could imagine a music of which the rarest charm would be that it knew
nothing more of good and evil; only that here and there perhaps some
sailor's home-sickness, some golden shadows and tender weaknesses might
sweep lightly over it; an art which, from the far distance, would see
the colours of a sinking and almost incomprehensible MORAL world fleeing
towards it, and would be hospitable enough and profound enough to
receive such belated fugitives.

256. Owing to the morbid estrangement which the nationality-craze has
induced and still induces among the nations of Europe, owing also to the
short-sighted and hasty-handed politicians, who with the help of this
craze, are at present in power, and do not suspect to what extent the
disintegrating policy they pursue must necessarily be only an interlude
policy--owing to all this and much else that is altogether unmentionable
at present, the most unmistakable signs that

Last Page Next Page

Text Comparison with Ainsi Parlait Zarathoustra

Page 9
9.
Page 15
Croyez-m'en, mes frères! Ce fut le corps qui désespéra de la terre, - il entendit parler le ventre de l'Être.
Page 20
Les vertus, elles aussi, peuvent périr par la jalousie.
Page 21
Celui qui tombe malade maintenant est surpris par le mal qui est le mal de ce moment: il veut faire souffrir avec ce qui le fait souffrir.
Page 27
Dans la méchanceté, l'impétueux se rencontre avec le débile.
Page 29
Ils m'apparaissent tous comme des fous, des singes grimpeurs et impétueux.
Page 31
Fuis, mon ami, fuis dans ta solitude: je te vois meurtri par des mouches venimeuses.
Page 65
Le chasser de sa cachette - c'est ce que le peuple appela toujours le "sens de la justice": toujours il excite encore contre l'esprit libre ses chiens les plus féroces.
Page 76
Trop longtemps il était assis à l'ombre, l'expiateur de l'esprit a vu pâlir ses joues; et l'attente l'a presque fait mourir de faim.
Page 104
.
Page 119
Il y a ici aussi beaucoup de piété, et beaucoup de courtisanerie dévote et de bassesses devant le Dieu des armées.
Page 140
"Pour les purs, tout est pur" - ainsi parle le peuple.
Page 151
mes animaux, le plus grand mal est nécessaire pour le plus grand bien de l'homme, c'est la seule chose que j'ai apprise jusqu'à présent, - le plus grand mal est la meilleure part de la _force_ de l'homme, la pierre la plus dure pour le créateur suprême; il faut que l'homme devienne meilleur _et_ plus méchant: - Je n'ai pas été attaché à _cette_ croix, qui est de savoir que l'homme est méchant, mais j'ai crié comme personne encore n'a crié: "Hélas! pourquoi sa pire méchanceté est-elle si petite! Hélas! pourquoi sa meilleure bonté est-elle si petite!" Le grand dégoût de l'homme - c'est _ce dégoût_ qui m'a étouffé et qui m'était entré dans le gosier; et aussi ce qu'avait prédit le devin: "Tout est égal rien ne vaut la peine, le savoir étouffe!" Un long crépuscule se traînait en boitant devant moi, une tristesse fatiguée et ivre jusqu'à la mort, qui disait d'une voix coupée de bâillements: "Il reviendra éternellement, l'homme dont tu est fatigué, l'homme petit" - ainsi bâillait ma tristesse, traînant la jambe sans pouvoir s'endormir.
Page 157
3.
Page 165
" - A ces mots Zarathoustra s'apprêta à partir.
Page 168
Allons! En avant! (Mais à ce moment il arriva que l'âne, lui aussi, prit la parole: il prononça distinctement et avec mauvaise intention I-A.
Page 174
Je ne suis pas sur mes gardes devant les trompeurs, il _faut_ que je m'abstienne de prendre des précautions: ainsi le veut mon sort.
Page 178
" - "Vieux pape, interrompit alors Zarathoustra, as-tu vu _cela_ de tes propres yeux? Il se peut bien que cela se soit passé ainsi: _ainsi_, et aussi autrement.
Page 196
- Non, non! Trois fois non! J'en attends _d'autres_ ici sur ces montagnes et je ne veux point, sans eux, porter mes pas loin d'ici, - d'autres qui seront plus grands, plus forts, plus victorieux, des hommes plus joyeux, bâtis d'aplomb et carrés de la tête à la base: il faut qu'ils viennent, _les lions rieurs_! O mes hôtes, hommes singuliers, - n'avez-vous pas encore entendu parler de mes enfants? et dire qu'ils sont en route pour venir vers moi? Parlez-moi donc de mes jardins, de mes Iles Bienheureuses, de ma belle et nouvelle espèce, - pourquoi ne m'en parlez-vous pas? J'implore votre amour de récompenser mon hospitalité en me parlant de mes enfants.
Page 207
.