Beyond Good and Evil

By Friedrich Nietzsche

Page 105

hit in the great domain
of philosophical formulas,--a ruling idea, which, together with German
beer and German music, is labouring to Germanise all Europe. Foreigners
are astonished and attracted by the riddles which the conflicting nature
at the basis of the German soul propounds to them (riddles which
Hegel systematised and Richard Wagner has in the end set to music).
"Good-natured and spiteful"--such a juxtaposition, preposterous in the
case of every other people, is unfortunately only too often justified
in Germany one has only to live for a while among Swabians to know this!
The clumsiness of the German scholar and his social distastefulness
agree alarmingly well with his physical rope-dancing and nimble
boldness, of which all the Gods have learnt to be afraid. If any one
wishes to see the "German soul" demonstrated ad oculos, let him
only look at German taste, at German arts and manners what boorish
indifference to "taste"! How the noblest and the commonest stand there
in juxtaposition! How disorderly and how rich is the whole constitution
of this soul! The German DRAGS at his soul, he drags at everything he
experiences. He digests his events badly; he never gets "done"
with them; and German depth is often only a difficult, hesitating
"digestion." And just as all chronic invalids, all dyspeptics like what
is convenient, so the German loves "frankness" and "honesty"; it is
so CONVENIENT to be frank and honest!--This confidingness, this
complaisance, this showing-the-cards of German HONESTY, is probably the
most dangerous and most successful disguise which the German is up to
nowadays: it is his proper Mephistophelean art; with this he can "still
achieve much"! The German lets himself go, and thereby gazes with
faithful, blue, empty German eyes--and other countries immediately
confound him with his dressing-gown!--I meant to say that, let "German
depth" be what it will--among ourselves alone we perhaps take the
liberty to laugh at it--we shall do well to continue henceforth to
honour its appearance and good name, and not barter away too cheaply our
old reputation as a people of depth for Prussian "smartness," and
Berlin wit and sand. It is wise for a people to pose, and LET itself
be regarded, as profound, clumsy, good-natured, honest, and foolish: it
might even be--profound to do so! Finally, we should do honour to
our name--we are not called the "TIUSCHE VOLK" (deceptive people) for
nothing....

245. The "good old" time is past, it sang itself out in Mozart--how
happy are WE that his ROCOCO still speaks to us, that his "good
company," his tender enthusiasm, his childish delight in the Chinese and
its flourishes, his courtesy of heart,

Last Page Next Page

Text Comparison with Considérations inactuelles, deuxième série Schopenhauer éducateur, Richard Wagner à Bayreuth

Page 0
Portrait de Frédéric Nietzsche gravé sur bois par JULIEN TINAYRE 1 vol.
Page 9
C'est donc vraiment s'écarter du but de ses désirs que de s'imaginer trouver comme éducateur un vrai philosophe qui pourrait nous sortir de l'insuffisance conditionnée par la misère de notre époque, pour nous enseigner à être de nouveau _simples_ et _honnêtes_ aussi bien dans notre pensée que dans notre vie, c'est-à-dire inactuels, le mot pris dans son sens le plus profond; car les hommes sont maintenant devenus si multiples et si compliqués, qu'il.
Page 26
On ne voudrait pas même leur demander, comme fit Tannhœuser en s'adressant à Biterolf: «Qu'as-tu donc absorbé, malheureux?» Car hélas! nous le savons mieux que personne.
Page 30
Et ainsi, Faust, rédempteur du monde, devient en quelque sorte seulement un voyageur à travers le monde.
Page 34
il se rattache au devenir, combien profondément il se rattache à l'être.
Page 42
grandes communautés, et si quelqu'un se décide en hâte à sacrifier sa vie au service d'un Etat, il y mettrait beaucoup plus de façons et il y réfléchirait à deux fois si ce sacrifice était réclamé non pas par un Etat, mais par un individu.
Page 47
On ne saurait faire une injure plus grave à l'esprit allemand qu'en le traitant comme s'il était de cire, malléable au point que l'on pourrait un jour, par un simple modelage, lui donner de l'élégance.
Page 61
Tout au contraire, celui qui observe maintenant comment presque tout le monde s'occupe d'art, d'Etat, de religion, de culture--pour ne rien dire avec raison de nos «vases»--s'apercevra que les hommes sont en proie à une sorte d'arbitraire barbare, à une exagération de l'expression, dont souffre précisément le génie en formation lorsqu'il voit la vogue dont jouissent à son époque des notions aussi bizarres et des besoins aussi baroques.
Page 64
Ce fut une des conditions magnifiques de son existence qu'il put véritablement vivre pour une seule tâche, conformément à sa devise _vitam impendere vero_ et qu'aucune nécessité vulgaire de la vie ne lui imposa sa contrainte.
Page 80
Qui n'aurait besoin des eaux lustrales? Qui pourrait ne pas entendre la voix qui lui crie: tais-toi et sois pur! Se taire et être pur! Ce n'est qu'en tant que nous sommes de ceux qui entendent cette voix que nous sera accordé le _regard souverain_ dont nous avons besoin pour contempler l'événement de Bayreuth.
Page 92
Vous trouvez là des spectateurs préparés et pleins de recueillement, là encore l'émotion d'hommes qui se sentent transportés de joie et qui concentrent dans ce bonheur leur nature tout entière pour y puiser la force de s'élever vers une impulsion plus vaste.
Page 97
Dès qu'ils cherchent à s'expliquer entre eux et à s'associer en vue d'une œuvre commune, la folie des idées générales, le vertige des mots sonores s'empare d'eux.
Page 101
de la musique, pourrait-il un seul instant céder à l'illusion de fonder des espérances durables sur quelque chose qui s'épuise à produire des figures, des formes et des styles.
Page 105
Je vous conduirai dans un monde qui, lui aussi, est réel.
Page 125
à l'état de décadence et d'usure, l'auteur dramatique éprouve le besoin de colorer et de façonner la langue par des procédés extraordinaires; il veut relever la langue, pour qu'à son tour elle fasse ressortir l'élévation du sentiment, et il s'expose ainsi à ne pas être compris du tout.
Page 148
13.
Page 151
Il y a danger en ceci que dans le mouvement et l'action du drame résident les motifs pour le mouvement de la musique, de telle sorte que la musique se trouve dirigée par ces mouvements.
Page 155
39.
Page 167
--Peut-être est-il possible de révéler aujourd'hui déjà à quelle place doit être mis Wagner; je veux dire qu'il n'appartient pas à la grande lignée des esprits originaux et véritables du plus haut rang, non à ce «sanctuaire des sanctuaires» olympien, d'où l'on voit, avec étonnement et avec une froideur sereine, livrer assaut de pareils plébéiens ambitieux et suants, lesquels semblent croire que la «bonne volonté» et cette «sueur devant la vertu», dont a parlé avec un mauvais goût rural le paysan et poète grec Hésiode, suffisent à renverser l'éternelle et immuable hiérarchie des âmes, ou bien qu'il n'est même besoin que de «l'esprit mécontent qui vise sans cesse à du nouveau», dont Wagner a voulu faire son propre démon.
Page 170
C'est, en fin de compte, une question de force: cet art romantique tout entier pourrait être transformé, par un artiste abondant et maître de sa volonté, en son contraire, en un art anti-romantique, ou bien--pour employer ma formule--en un art _dionysien_; de même que toute espèce de pessimisme et de nihilisme, dans la main du plus fort, ne devient qu'un marteau et un instrument de plus, au moyen desquels s'édifie un nouveau degré vers le bonheur.