Also sprach Zarathustra: Ein Buch für Alle und Keinen

By Friedrich Nietzsche

Page 73

in kleinen Schlauheiten warten sie auf Solche,
deren Wissen auf lahmen Füssen geht, - gleich Spinnen warten sie.

Ich sah sie immer mit Vorsicht Gift bereiten; und immer zogen sie
gläserne Handschuhe dabei an ihre Finger.

Auch mit falschen Würfeln wissen sie zu spielen; und so eifrig fand
ich sie spielen, dass sie dabei schwitzten.

Wir sind einander fremd, und ihre Tugenden gehn mir noch mehr wider
den Geschmack, als ihre Falschheiten und falschen Würfel.

Und als ich bei ihnen wohnte, da wohnte ich über ihnen. Darüber wurden
sie mir gram.

Sie wollen Nichts davon hören, dass Einer über ihren Köpfen wandelt;
und so legten sie Holz und Erde und Unrath zwischen mich und ihre
Köpfe.

Also dämpften sie den Schall meiner Schritte: und am schlechtesten
wurde ich bisher von den Gelehrtesten gehört.

Aller Menschen Fehl und Schwäche legten sie zwischen sich und mich: -
"Fehlboden" heissen sie das in ihren Häusern.

Aber trotzdem wandele ich mit meinen Gedanken _über_ ihren Köpfen; und
selbst, wenn ich auf meinen eignen Fehlern wandeln wollte, würde ich
noch über ihnen sein und ihren Köpfen.

Denn die Menschen sind _nicht_ gleich: so spricht die Gerechtigkeit.
Und was ich will, dürften _sie_ nicht wollen!

Also sprach Zarathustra.



Von den Dichtern

"Seit ich den Leib besser kenne, - sagte Zarathustra zu einem seiner
Jünger - ist mir der Geist nur noch gleichsam Geist; und alles das
`Unvergängliche` - das ist auch nur ein Gleichniss."

"So hörte ich dich schon einmal sagen, antwortete der Jünger; und
damals fügtest du hinzu: `aber die Dichter lügen zuviel.` Warum
sagtest du doch, dass die Dichter zuviel lügen?"

"Warum? sagte Zarathustra. Du fragst warum? Ich gehöre nicht zu Denen,
welche man nach ihrem Warum fragen darf.

Ist denn mein Erleben von Gestern? Das ist lange her, dass ich die
Gründe meiner Meinungen erlebte.

Müsste ich nicht ein Fass sein von Gedächtniss, wenn ich auch meine
Gründe bei mir haben wollte?

Schon zuviel ist mir's, meine Meinungen selber zu behalten; und
mancher Vogel fliegt davon.

Und mitunter finde ich auch ein zugezogenes Thier in meinem
Taubenschlage, das mir fremd ist, und das zittert, wenn ich meine Hand
darauf lege.

Doch was sagte dir einst Zarathustra? Dass die Dichter zuviel lügen? -
Aber auch Zarathustra ist ein Dichter.

Glaubst du nun, dass er hier die Wahrheit redete? Warum glaubst du
das?"

Der Jünger antwortete: "ich glaube an Zarathustra." Aber Zarathustra
schüttelte den Kopf und lächelte.

Der Glaube macht mich nicht selig, sagte er, zumal nicht der Glaube an
mich.

Aber gesetzt, dass jemand allen Ernstes sagte, die Dichter lügen
zuviel: so hat er Recht, - _wir_ lügen zuviel.

Wir wissen auch zu wenig und sind schlechte Lerner: so müssen wir
schon lügen.

Und wer von uns

Last Page Next Page

Text Comparison with Considérations inactuelles, deuxième série Schopenhauer éducateur, Richard Wagner à Bayreuth

Page 3
L'homme qui ne veut pas faire partie de la masse n'a qu'à cesser de s'accommoder de celle-ci; qu'il obéisse à sa conscience qui lui dit: «Sois toi-même! Tout ce que tu fais maintenant, tout ce que tu penses et tout ce que tu désires, ce n'est pas toi qui le fais, le penses et le désires.
Page 14
Un Anglais moderne décrit de la façon suivante le danger que courent le plus souvent les hommes extraordinaires qui vivent dans une société médiocre: «Ces caractères exceptionnels commencent par être humiliés, puis ils deviennent mélancoliques, pour tomber malades ensuite et mourir enfin.
Page 27
Nous ne nous laissons pas induire en erreur par le fait que les individus se comportent comme s'ils ne savaient rien de toutes ces préoccupations.
Page 29
La troisième exige que ce soient les hommes les plus actifs qui la contemplent.
Page 43
On se demande avec étonnement si une pareille connaissance est indispensable.
Page 54
Il est extrêmement curieux de constater comment, au bénéfice d'une affaire, qui est, en somme, extrahumaine et surhumaine, la connaissance pure est détachée de toute causalité, par conséquent dépourvue de passion, de constater comment une quantité de petites passions de tout ordre se trouvent fondues eu une combinaison chimique et comment la _résultante_ du savant parvient à se transfigurer à la lumière de cette affaire sublime et supérieure et absolument désintéressée, au point que l'on oublie complètement les mélanges et les combinaisons qui ont été nécessaires à sa protection.
Page 61
réfléchir aux moyens de donner ici un coup d'épaule.
Page 63
Par la vision de ce double reflet il s'est trouvé profondément renseigné et rendu sage au sujet de toutes les fins et de toutes les cultures savantes.
Page 65
d'eux des fous, des fous méchants.
Page 66
Pourquoi donc? Parce que tous les Etats les craignent et qu'ils ne favoriseront jamais.
Page 72
Tant que subsistera la caste des faux penseurs reconnus par l'Etat, toute action en grand d'une philosophie véritable sera rendue vaine ou du moins entravée, et cela simplement par la malédiction du ridicule que se sont attiré les représentants de cette grande cause, et qui touche la cause elle-même.
Page 84
soi par fidélité_.
Page 91
Il ne s'agit plus maintenant de trancher le nœud gordien de la culture grecque, comme le fit Alexandre, de telle sorte que les fragments en fussent dispersés dans toutes les directions; il s'agit de _renouer ce qui a été tranché_.
Page 114
S'il était possible de parler de la même manière du but final et de l'issue de ce développement, tout en restant compréhensible, on pourrait espérer trouver aussi l'expression imagée qui servirait à désigner une longue période intermédiaire dans le développement; mais, comme je doute de la première possibilité, je renonce aussi à m'aventurer dans la seconde.
Page 126
L'émulation ne fera-t-elle pas forcément naître de grands talents si l'artiste plastique compare l'effet produit par son art avec celui d'une musique semblable à celle de Wagner? C'est une musique qui provoque un bonheur lumineux et sans mélange, si bien qu'il semble à celui qui l'écoute que presque toute la musique précédente n'ait parlé qu'un langage embarrassé, contraint et tout extérieur, comme si jusqu'alors elle n'avait servi qu'à jouer devant ceux qui n'étaient pas dignes du sérieux, ou encore d'enseignement et de démonstration pour ceux qui ne sont pas même dignes du jeu.
Page 130
Mais il pourra probablement objecter que ceux-là seuls sont affligés de peines qui ne sont pas encore libérés.
Page 131
En face de l'œuvre wagnérienne, on ne songe ni à ce qui est intéressant, ni à ce qui est divertissant, ni à Wagner lui-même, ni à l'art en général; on sent seulement ce que cet art a de _nécessaire_.
Page 134
Maintenant déjà ce retentissement ébranle les fondements des institutions artistiques de la société moderne; chaque fois que le souffle de son esprit passait sur ces plantations, tout était ébranlé de ce qui était desséché et ne pouvait résister au vent.
Page 171
6.
Page 173
Il essaya de «s'arranger» avec le christianisme existant, en étendant sa main gauche vers la Communion protestante (--il m'a parlé des ravissements que lui a procurés ce repas--) et la main droite vers l'Eglise catholique.