Also sprach Zarathustra: Ein Buch für Alle und Keinen

By Friedrich Nietzsche

Page 179

er wieder, mich lieben und loben, er
kann nicht lange leben, ohne solche Thorheiten zu thun.

_Der_ - liebt seine Feinde: diese Kunst versteht er am besten von
Allen, die ich sah. Aber er nimmt Rache dafür - an seinen Freunden!"

Also sprach der alte Zauberer, und die höheren Menschen zollten ihm
Beifall: so dass Zarathustra herumgieng und mit Bosheit und Liebe
seinen Freunden die Hände schüttelte, - gleichsam als Einer, der an
Allen Etwas gutzumachen und abzubitten hat. Als er aber dabei an die
Thür seiner Höhle kam, siehe, da gelüstete ihn schon wieder nach der
guten Luft da draussen und nach seinen Thieren, - und er wollte hinaus
schlüpfen.



Unter Töchtern der Wüste

1.

"Gehe nicht davon! sagte da der Wanderer, welcher sich den Schatten
Zarathustra's nannte, bleibe bei uns, es möchte uns sonst die alte
dumpfe Trübsal wieder anfallen.

Schon gab uns jener alte Zauberer von seinem Schlimmsten zum Besten,
und siehe doch, der gute fromme Papst da hat Thränen in den Augen und
hat sich ganz wieder auf's Meer der Schwermuth eingeschifft.

Diese Könige mögen wohl vor uns noch gute Miene machen: das lernten
_Die_ nämlich von uns Allen heute am Besten! Hätten sie aber keine
Zeugen, ich wette, auch bei ihnen fienge das böse Spiel wieder an -

- das böse Spiel der ziehenden Wolken, der feuchten Schwermuth, der
verhängten Himmel, der gestohlenen Sonnen, der heulenden Herbst-Winde,

- das böse Spiel unsres Heulens und Nothschreiens: bleibe bei uns, oh
Zarathustra! Hier ist viel verborgenes Elend, das reden will, viel
Abend, viel Wolke, viel dumpfe Luft!

Du nährtest uns mit starker Manns-Kost und kräftigen Sprüchen: lass es
nicht zu, dass uns zum Nachtisch die weichlichen weiblichen Geister
wieder anfallen!

Du allein machst die Luft um dich herum stark und klar! Fand ich je
auf Erden so gute Luft als bei dir in deiner Höhle?

Viele Länder sah ich doch, meine Nase lernte vielerlei Luft prüfen und
abschätzen: aber bei dir schmecken meine Nüstern ihre grösste Lust!

Es sei denn, - es sei denn -, oh vergieb eine alte Erinnerung! Vergieb
mir ein altes Nachtisch-Lied, das ich einst unter Töchtern der Wüste
dichtete: -

- bei denen nämlich gab es gleich gute helle morgenländische Luft;
dort war ich am fernsten vom wolkigen feuchten schwermüthigen
Alt-Europa!

Damals liebte ich solcherlei Morgenland-Mädchen und andres blaues
Himmelreich, über dem keine Wolken und keine Gedanken hängen.

Ihr glaubt es nicht, wie artig sie dasassen, wenn sie nicht tanzten,
tief, aber ohne Gedanken, wie kleine Geheimnisse, wie bebänderte
Räthsel, wie Nachtisch-Nüsse -

bunt und fremd fürwahr! aber ohne Wolken: Räthsel, die sich
rathen lassen: solchen Mädchen zu Liebe erdachte ich damals einen
Nachtisch-Psalm."

Also sprach der Wanderer und Schatten; und

Last Page Next Page

Text Comparison with Considérations inactuelles, deuxième série Schopenhauer éducateur, Richard Wagner à Bayreuth

Page 10
Des écrivains de ce genre nous font défaut.
Page 11
» Que la probité soit quelque chose, que ce soit même une vertu, c'est là, à vrai dire, à notre époque d'opinion publique, une de ces opinions privées dont l'affirmation est interdite.
Page 23
Ainsi Schopenhauer, dès sa plus tendre jeunesse, s'éleva contre cette mère indigne, fausse et vaniteuse qu'est notre époque, et, en l'expulsant en quelque sorte de lui-même, il purifia et guérit son être et se retrouva lui-même dans toute la santé et la pureté qui lui appartenaient.
Page 39
Cette idée fondamentale est la _culture_, en tant qu'elle place chacun de nous devant une seule tâche: _accélérer la venue du philosophe, de l'artiste et du saint, en nous-mêmes et en dehors de nous, de façon à.
Page 53
Mobile plus rare, mais supérieur au précédent, que l'on rencontre encore assez fréquemment.
Page 65
Si, généralement, la présence du philosophe dans son temps apparaît comme fortuite, l'Etat s'impose-t-il aujourd'hui véritablement le devoir de transformer consciemment ce caractère fortuit en une nécessité et d'aider ici aussi la nature? L'expérience, malheureusement, nous a ouvert les yeux et nous a fait voir qu'il en est tout autrement.
Page 68
donc l'apparence d'être capable de distinguer entre les bons et les mauvais philosophes; mieux encore, il admet que les _bons_ sont en nombre suffisant pour occuper les chaires dont il dispose.
Page 73
Tant que les rapports n'en restent pas à cette indifférence, si la.
Page 77
Lors même que des constellations entières disparaîtraient, que des guerres dévastatrices absorberaient des forces immenses, toujours le vent de l'histoire passerait là-dessus, pour tout disperser comme de légers flocons.
Page 96
Non point qu'il ait inventé ces rapports ou qu'il les ait créés; ils existent et se trouvent pour ainsi dire sous les pas de chacun; car tout grand problème est semblable à la pierre précieuse que foulent en passant des milliers d'indifférents avant que quelqu'un se baisse pour la ramasser.
Page 105
Apprenez à redevenir vous-même partie intégrante de la nature et laissez-vous ensuite transformer avec elle et par elle sous l'empire de mon incantation d'amour et de mon incantation du feu.
Page 110
Peut-être sent-il parfois qu'une insomnie persistante s'empare de lui, comme s'il devait passer dorénavant son existence si lucide et si consciente au milieu de somnambules et d'êtres qui jouent sérieusement au fantôme; si bien que tout ceci, qui paraît pour d'autres si naturel, le remplit d'un trouble inusité, et qu'il n'est tenté de n'opposer à ce phénomène qu'un orgueilleux dédain.
Page 112
» Le pouvoir d'exécution de Wagner, son «goût» aussi bien que ses intentions s'adaptent de tout temps l'un à l'autre, aussi exactement que la clef à la serrure; ils grandirent et s'affranchirent en même temps.
Page 116
Mais quel fut alors le sentiment qu'il éprouva? Personne ne lui répondit; personne n'avait compris la question.
Page 123
Mais tout cela n'avait pu s'introduire dans notre langue qu'à la suite d'une série d'abus et de négligences.
Page 150
20.
Page 161
En admettant cependant que je me fusse alors trompé, mon erreur ne constituerait un déshonneur ni pour ceux que j'ai nommés, ni pour moi-même.
Page 162
Sans le savoir, je ne parlai que pour moi et au fond seulement de moi-même.
Page 172
Notre mémoire ne fait que citer perpétuellement.
Page 174
.