Ainsi Parlait Zarathoustra

By Friedrich Nietzsche

Page 85

eut dit cela, son disciple fut irrité contre lui,
mais il se tut. Et Zarathoustra se tut aussi; et ses yeux s'étaient
tournés à l'intérieur comme s'il regardait dans le lointain. Enfin il
se mit à soupirer et à prendre haleine.

Je suis d'aujourd'hui et de jadis, dit-il alors; mais il y a quelque
chose en moi qui est de demain, et d'après-demain, et de l'avenir.

Je suis fatigué des poètes, des anciens et des nouveaux. Pour moi ils
sont tous superficiels et tous des mers desséchées.

Ils n'ont pas assez pensé en profondeur: c'est pourquoi leur sentiment
n'est pas descendu jusque dans les tréfonds.

Un peu de volupté et un peu d'ennui: c'est ce qu'il y eut encore de
meilleur dans leurs méditations.

Leurs arpèges m'apparaissent comme des glissements des fuites de
fantômes; que connaissaient-ils jusqu'à présent de l'ardeur qu'il y a
dans les sons! -

Ils ne sont pas non plus assez propres pour moi: ils troublent tous
leurs eaux pour les faire paraître profondes.

Ils aiment à se faire passer pour conciliateurs, mais ils restent
toujours pour moi des gens de moyens-termes et de demi-mesures,
troubleurs et mal-propres! -

Hélas! j'ai jeté mon filet dans leurs mers pour attraper de bons
poissons, mais toujours j'ai retiré la tête d'un dieu ancien.

C'est ainsi que la mer a donné une pierre à l'affamé. Et ils semblent
eux-mêmes venir de la mer.

Il est certain qu'on y trouve des perles: c'est ce qui fait qu'ils
ressemblent d'autant plus à de durs crustacés. Chez eux j'ai souvent
trouvé au lieu d'âme de l'écume salée.

Ils ont pris à la mer sa vanité; la mer n'est-elle pas le paon le plus
vain entre tous les paons?

Même devant le buffle le plus laid, elle étale sa roue; elle déploie
sans se lasser la soie et l'argent de son éventail de dentelles.

Le buffle regarde avec colère, son âme est tout près du sable, plus
près encore du fourré, mais le plus près du marécage.

Que lui importe la beauté et la mer et la splendeur du paon! Tel est
le symbole que je dédie aux poètes.

En vérité leur esprit lui-même est le paon le plus vain entre tous les
paons et une mer de vanité!

L'esprit du poète veut des spectateurs: ne fût-ce que des buffles! -

Pourtant je me suis fatigué de cet esprit: et je vois venir un temps où
il sera fatigué de lui-même.

J'ai déjà vu les poètes se transformer et diriger leur regard contre
eux-mêmes.

J'ai vu venir des expiateurs de l'esprit: c'est parmi les poètes qu'ils
sont nés. -


Ainsi parlait Zarathoustra.





DES GRANDS

Last Page Next Page

Text Comparison with Ecce homo, Wie man wird, was man ist

Page 2
Allein gehe ich nun, meine Jünger! Auch ihr geht nun davon und allein! So will ich es.
Page 3
- Eine lange, allzulange.
Page 4
Ihm schmeckt nur, was ihm zuträglich ist; sein Gefallen, seine Lust hört auf, wo das Maass des Zuträglichen überschritten wird.
Page 6
.
Page 10
.
Page 16
.
Page 17
Aber dazu muss man tief, Abgrund, Philosoph sein, um so zu fühlen.
Page 19
.
Page 24
.
Page 30
Darf ich anbei die Vermuthung wagen, dass ich die Weiblein kenne? Das gehört zu meiner dionysischen Mitgift.
Page 42
1.
Page 43
Das entscheidende Zeichen, an.
Page 47
- Hat jemand, Ende des neunzehnten Jahrhunderts, einen deutlichen Begriff davon, was Dichter starker Zeitalter Inspiration nannten? Im andren Falle will ich's beschreiben.
Page 48
Alles geschieht im höchsten Grade unfreiwillig, aber wie in einem Sturme von Freiheits-Gefühl, von Unbedingtsein, von Macht, von Göttlichkeit.
Page 49
Kaum ein Jahr, für's Ganze gerechnet.
Page 51
.
Page 57
1.
Page 58
.
Page 60
Ich halte diese Rasse nicht aus, mit der man immer in schlechter Gesellschaft ist, die keine Finger für nuances hat - wehe mir! ich bin eine nuance -, die keinen esprit in den Füssen hat und nicht einmal gehen kann.
Page 65
Hat man mich verstanden? - Was mich abgrenzt, was mich bei Seite stellt gegen den ganzen Rest der Menschheit, das ist, die christliche Moral entdeckt zu haben.