Ainsi Parlait Zarathoustra

By Friedrich Nietzsche

Page 81

Là où _il faut que je veuille_ de toute ma
volonté; où je veux aimer et disparaître, afin qu'une image ne reste
pas image seulement.

Aimer et disparaître: ceci s'accorde depuis des éternités. Vouloir
aimer, c'est aussi être prêt à la mort. C'est ainsi que je vous parle,
poltrons!

Mais votre regard louche et efféminé veut être "contemplatif"! Et ce
que l'on peut approcher avec des yeux pusillanimes doit être appelé
"beau"! O vous qui souillez les noms les plus nobles!

Mais ceci doit être votre malédiction, hommes immaculés qui cherchez la
connaissance pure, que vous n'arriviez jamais à engendrer: quoique vous
soyez couchés à l'horizon lourds et pleins.

En vérité, vous remplissez votre bouche de nobles paroles: et vous
voudriez nous faire croire que votre coeur déborde, menteurs?

Mais _mes_ paroles sont des paroles grossières, méprisées et informes,
et j'aime à recueillir ce qui, dans vos festins, tombe sous la table.

Elles me suffisent toujours - pour dire la vérité aux hypocrites! Oui,
mes arêtes, mes coquilles et mes feuilles de houx doivent - vous
chatouiller le nez, hypocrites!

Il y a toujours de l'air vicié autour de vous et autour de vos festins:
car vos pensées lascives, vos mensonges et vos dissimulations sont dans
l'air!

Ayez donc tout d'abord le courage d'avoir foi en vous-mêmes - en
vous-mêmes et en vos entrailles! Celui qui n'a pas foi en lui-même
ment toujours.

Vous avez mis devant vous le masque d'un dieu, hommes "purs": votre
affreuse larve rampante s'est cachée sous le masque d'un dieu.

En vérité, vous en faites accroire, "contemplatifs"! Zarathoustra, lui
aussi, a été dupe de vos peaux divines; il n'a pas deviné quels
serpents remplissaient cette peau.

Dans vos jeux, je croyais voir jouer l'âme d'un dieu, hommes qui
cherchez la connaissance pure! Je ne connaissais pas de meilleur art
que vos artifices!

La distance qui me séparait de vous me cachait des immondices de
serpent et de mauvaises odeurs: et je ne savais pas que la ruse d'un
lézard rôdât par ici, lascive.

Mais je me suis _approché_ de vous: alors le jour m'est venu - et
maintenant il vient pour vous, - les amours de la lune sont leur déclin!

Regardez-la donc! Elle est là-haut, surprise et pâle - devant l'aurore!

Car déjà l'aurore monte, ardente, - _son_ amour pour la terre approche!
Tout amour de soleil est innocence et désir de créateur.

Regardez donc comme l'aurore passe impatiente sur la mer! Ne
sentez-vous pas la soif et la chaude haleine de son amour?

Elle veut aspirer la mer, et boire ses profondeurs: et le désir

Last Page Next Page

Text Comparison with The Case of Wagner Complete Works, Volume 8

Page 2
And what happened? Wagner began to write some hard things about Nietzsche; the world assumed that Nietzsche and Wagner had engaged in a paltry personal quarrel in the press, and the whole importance of the real issue was buried beneath the human, all-too-human interpretations which were heaped upon it.
Page 3
In the works just referred to (pp.
Page 5
who complain of Nietzsche's "morbid and uncontrollable recantations and revulsions of feeling," have overlooked even the plain facts of the case when forming their all-too-hasty conclusions.
Page 13
Constant).
Page 17
.
Page 19
.
Page 26
.
Page 28
.
Page 33
To this extent are we already pure fools.
Page 57
26.
Page 67
Valuing is the most difficult of all.
Page 74
From the traditional admiration which emanated from antiquity itself.
Page 83
The utility of classical education is completely used up, whilst, for example, the history of Christianity still shows its power.
Page 91
Sparta was the ruin of Athens in so far as she compelled Athens to turn her entire attention to politics and to act as a federal combination.
Page 92
There are many contrasts to be found here.
Page 93
.
Page 96
157 Surrender to necessity is exactly what I do not teach--for one must first know this necessity to be necessary.
Page 98
We are suffering from the uncommon want of clearness and uncleanliness of human things; from the ingenious mendacity which Christianity has brought among men.
Page 101
Imitation, however, is merely an artistic phenomenon, _i.
Page 103
This lies far off; and only the rapid man attains it and rejoices.