Ainsi Parlait Zarathoustra

By Friedrich Nietzsche

Page 73

de ces
tombeaux?

Oui! il y a en moi quelque chose d'invulnérable, quelque chose qu'on ne
peut enterrer et qui fait sauter les rochers: cela s'appelle _ma
volonté._ Cela passe à travers les années, silencieux et immuable.

Elle veut marcher de son allure, sur mes propres jambes, mon ancienne
volonté; son sens est dur et invulnérable.

Je ne suis invulnérable qu'au talon. Tu subsistes toujours, égale à
toi-même, toi ma volonté patiente! tu as toujours passé par toutes les
tombes!

C'est en toi que subsiste ce qui ne s'est pas délivré pendant ma
jeunesse, et vivante et jeune tu es assise, pleine d'espoir, sur les
jaunes décombres des tombeaux.

Oui, tu demeures pour moi la destructrice de tous les tombeaux: salut à
toi, ma volonté! Et ce n'est que là où il y a des tombeaux, qu'il y a
résurrection.-


Ainsi parlait Zarathoustra.





DE LA VICTOIRE SUR SOI-MÊME


Vous appelez "volonté de vérité" ce qui vous pousse et vous rend
ardents, vous les plus sages parmi les sages.

Volonté d'imaginer l'être: c'est ainsi que j'appelle votre volonté!

Vous voulez _rendre_ imaginable tout ce qui est: car vous doutez avec
une méfiance que ce soit déjà imaginable.

Mais tout ce qui est, vous voulez le soumettre et le plier à votre
volonté. Le rendre poli et soumis à l'esprit, comme le miroir et
l'image de l'esprit.

C'est là toute votre volonté, ô sages parmi les sages, c'est là votre
volonté de puissance; et aussi quand vous parlez du bien et du mal et
des évaluations de valeurs.

Vous voulez créer un monde devant lequel vous puissiez vous
agenouiller, c'est là votre dernier espoir et votre dernière ivresse.

Les simples, cependant, ceux que l'on appelle le peuple, - sont
semblables au fleuve sur lequel un canot vogue sans cesse en avant: et
dans le canot sont assises, solennelles et masquées, les évaluations
des valeurs.

Vous avez lancé votre volonté et vos valeurs sur le fleuve du devenir;
une vieille volonté de puissance me révèle ce que le peuple croit bon
et mauvais.

C'est vous, ô sages parmi les sages, qui avez placé de tels hôtes dans
ce canot; vous les avez ornés de parures et de noms somptueux, - vous
et votre volonté dominante!

Maintenant le fleuve porte en avant votre canot: il _faut_ qu'il porte.
Peu importe que la vague brisée écume et résiste à sa quille avec
colère.

Ce n'est pas le fleuve qui est votre danger et la fin de votre bien et
de votre mal, ô sages parmi les sages: mais c'est cette volonté même,
la volonté de puissance, - la volonté vitale, inépuisable et créatrice.

Mais, afin que vous compreniez

Last Page Next Page

Text Comparison with Dionysos: Valikoima runoja

Page 0
Tähti-moraalia.
Page 1
Pois paennut toive on -- sitä kaipaa se vaikertain.
Page 2
"MUN ONNENI!" San Marcon kyyhkyt näen jälleen: helle puol'päivän torillani värisee.
Page 3
.
Page 4
.
Page 5
-- oi kuinka ne suikertelevat alas, alle, sisälle maan yhä syvempiin syvyyksiin! -- Silloin, yht'äkkiä, päistikkaa, kuin salama syöstä alas _karitsoihin_, nälänvimmassa, himoiten karitsa-riistaa, kato kaikkien karitsa-sieluin, kato kiukkuinen kaiken, mi katselee, karitsansilmäisesti, käkkärävillaisesti, harmaasti, hurskaan lammas-laakeasti.
Page 6
"Tuo vanha loihtija antoi jo huonoimpansa meille parhaaksi, ja katso vain, vanhalla hurskaalla paavilla tuolla on kyyneleet silmissä ja hän on jälleen kokonaan laskenut laivansa alakuloisuuden merelle.
Page 7
Sitten hän alkoi jonkinlaisella mylvinnällä laulaa.
Page 8
Niin, jos, ystävättäret ihanaiset, mua tahdotte uskoa oikein: hän on _hukannut_ sen.
Page 9
.
Page 10
Yön viettelysilmät vinot, vaanivat eikö katsele mua?.
Page 11
.
Page 12
.
Page 13
Miks Zarathustra vuorilla hiipii? -- Epäluuloinen, haavoitettu, synkkä hän väijyjä on --, mut äkkiä, kirkkaana, hirvittävänä päin taivaita kuilusta pohjattomasta salama lyö: -- sisus vuorenkin, kiinteä, kylmä, nyt vavahtaa.
Page 14
Salamaksi mun tietoni.
Page 15
" Ei synnit, ei suuret hulluudet ihmisien mua kärsimään saaneet: ma ihmisen suurista hyveistä kärsin enin hänestä kärsiessäin.