Ainsi Parlait Zarathoustra

By Friedrich Nietzsche

Page 65

été moi-même mordu par la tarentule, ma vieille
ennemie! Avec sa certitude et sa beauté divine elle m'a mordu au doigt!

"Il faut que l'on punisse, il faut que justice soit faite - ainsi
pense-t-elle: ce n'est pas en vain que tu chantes ici des hymnes en
l'honneur de l'inimitié!"

Oui, elle s'est vengée! Malheur! elle va me faire tourner l'âme avec
de la vengeance!

Mais, afin que je ne me tourne _point_, mes amis, liez-moi fortement à
cette colonne! J'aime encore mieux être un stylite qu'un tourbillon de
vengeance!

En vérité, Zarathoustra n'est pas un tourbillon et une trombe; et s'il
est danseur, ce n'est pas un danseur de tarentelle! -


Ainsi parlait Zarathoustra.





DES SAGES ILLUSTRES


Vous avez servi le peuple et la superstition du peuple, vous tous,
sages illustres! - vous n'avez _pas_ servi la vérité! Et c'est
précisément pourquoi l'on vous a honorés.

Et c'est pourquoi aussi on a supporté votre incrédulité, puisqu'elle
était un bon mot et un détour vers le peuple. C'est ainsi que le
maître laisse faire ses esclaves et il s'amuse de leur pétulance.

Mais celui qui est haï par le peuple comme le loup par les chiens:
c'est l'esprit libre, l'ennemi des entraves, celui qui n'adore pas et
qui hante les forêts.

Le chasser de sa cachette - c'est ce que le peuple appela toujours le
"sens de la justice": toujours il excite encore contre l'esprit libre
ses chiens les plus féroces.

"Car la vérité est là: puisque le peuple est là! Malheur! malheur à
celui qui cherche!" - C'est ce que l'on a répété de tout temps.

Vous vouliez donner raison à votre peuple dans sa vénération: c'est ce
que vous avez appelé "volonté de vérité", ô sages célèbres!

Et votre coeur s'est toujours dit: "Je suis venu du peuple: c'est de là
aussi que m'est revenue la voix de Dieu."

Endurants et rusés, pareils à l'âne, vous avez toujours intercédé pour
le peuple.

Et maint puissant qui voulait accorder l'allure de son char au goût du
peuple attela devant ses chevaux - un petit âne, un sage illustre!

Et maintenant, ô sages illustres, je voudrais que vous jetiez enfin
tout à fait loin de vous la peau du lion!

La peau bigarrée de la bête fauve, et les touffes de poil de
l'explorateur, du chercheur et du conquérant.

Hélas! pour apprendre à croire à votre "véracité", il me faudrait vous
voir briser d'abord votre volonté vénératrice.

Véridique - c'est ainsi que j'appelle celui qui va dans les déserts
sans Dieu, et qui a brisé son coeur vénérateur.

Dans le sable jaune brûlé par le soleil, il lui arrive

Last Page Next Page

Text Comparison with Der tolle Mensch

Page 0
To donate, please visit: http://www.
Page 1
***FINIS***.