Ainsi Parlait Zarathoustra

By Friedrich Nietzsche

Page 57

des demeures.

Oh! voyez donc les demeures que ces prêtres se sont construites! Ils
appellent églises leurs cavernes aux odeurs fades.

Oh! cette lumière factice, cet air épaissi! Ici l'âme ne _peut_ pas
s'élever jusqu'a sa propre hauteur.

Car leur croyance ordonne ceci: "Montez les marches à genoux, vous qui
êtes pécheurs!"

En vérité, je préfère voir un regard impudique, que les yeux battus de
leur honte et de leur dévotion.

Qui donc s'est créé de pareilles cavernes et de tels degrés de
pénitence? N'était-ce pas ceux qui voulaient se cacher et qui avaient
honte du ciel pur?

Et ce n'est que quand le ciel pur traversa les voûtes brisées, quand il
contemplera l'herbe et les pavots rouges qui croissent sur les murs en
ruines, que j'inclinerai de nouveau mon coeur vers les demeures de ce
Dieu.

Ils pensèrent vivre en cadavres, ils drapèrent de noir leurs cadavres;
et même dans leurs discours je sens la mauvaise odeur des chambres
mortuaires.

Et celui qui habite près d'eux habite près de noirs étangs, d'où l'on
entend chanter la douce mélancolie du crapaud sonneur.

Il faudrait qu'ils me chantassent de meilleurs chants pour que
j'apprenne à croire en leur Sauveur: il faudrait que ses disciples
aient un air plus sauvé!

Je voudrais les voir nus: car seule la beauté devrait prêcher le
repentir. Mais qui donc pourrait être convaincu par cette affliction
masquée!

En vérité, leurs sauveurs eux-mêmes n'étaient pas issus de la liberté
et du septième ciel de la liberté! En vérité, ils ne marchèrent jamais
sur les tapis de la connaissance.

L'esprit de ces sauveurs était fait de lacunes; mais dans chaque lacune
ils avaient placé leur folie, leur bouche-trou qu'ils ont appelé Dieu.

Leur esprit était noyé dans la pitié et quand ils enflaient et se
gonflaient de pitié, toujours une grande folie nageait à la surface.

Ils ont chassé leur troupeau dans le sentier, avec empressement, en
poussant des cris: comme s'il n'y avait qu'un seul sentier qui mène à
l'avenir! En vérité, ces bergers, eux aussi, faisaient encore partie
des brebis!

Ces bergers avaient des esprits étroits et des âmes spacieuses; mais,
mes frères, quels pays étroits furent, jusqu'à présent, même les âmes
les plus spacieuses!

Sur le chemin qu'ils suivaient, ils ont inscrit les signes du sang, et
leur folie enseignait qu'avec le sang on témoigne de la vérité.

Mais le sang est le plus mauvais témoin de la vérité; le sang
empoisonne la doctrine la plus pure et la transforme en folie et en
haine des coeurs.

Et lorsque quelqu'un traverse le feu pour sa doctrine, - qu'est-ce que
cela prouve? C'est bien autre chose,

Last Page Next Page

Text Comparison with The Case of Wagner Complete Works, Volume 8

Page 4
, and which I did not think it necessary to repeat in my first preface to these pamphlets, will be found to receive the fullest confirmation.
Page 7
" Wagner, allow me to add, was a typical representative of the nineteenth century, which was the century of contradictory values, of opposed instincts, and of every kind of inner disharmony.
Page 15
.
Page 28
.
Page 30
Expressiveness at all costs, which is what the Wagnerian ideal--the ideal of decadence--demands, is hardly compatible with talent.
Page 31
If there were any signs that in spite of the universal character of European decadence there was still a modicum of health, still an instinctive premonition of what is harmful and dangerous, residing in the German soul, then it would be precisely this blunt resistance to Wagner which I should least like to see underrated.
Page 32
What has Wagner-worship made out of spirit? Does Wagner liberate the spirit? To him belong that ambiguity and equivocation and all other qualities which can convince the uncertain without making them conscious of why they have been convinced.
Page 33
He that hath ears to hear let him hear: everything that has ever grown out of the soil of impoverished life, the whole counterfeit coinage of the transcendental and of a Beyond found its most sublime advocate in Wagner's art, not in formulæ (Wagner is too clever to use formulæ), but in the persuasion of the senses which in their turn makes the spirit weary and morbid.
Page 34
.
Page 37
--Within the narrow sphere of the so-called moral values, no greater antithesis could be found than that of _master-morality_ and the morality of _Christian_ valuations: the latter having grown out of a thoroughly morbid soil.
Page 45
.
Page 46
_" He tortured himself when he wrote, just as Pascal tortured himself when he thought--the feelings of both were inclined to be "non-egoistic.
Page 51
.
Page 55
Perhaps her name, to use a Greek word is _Baubo?_--Oh these Greeks, they understood, the art of _living!_ For this it is needful to halt bravely at the surface, at the fold, at the skin, to worship appearance, and to believe in forms, tones, words, and the whole _Olympus of appearance_! These Greeks were superficial--from _profundity.
Page 57
16.
Page 59
On the other hand I could mention instances in which Wagner stands _higher,_ in which real joy flows from him.
Page 60
Compared with it the drama is a genuine relief.
Page 90
The "ἀγών" of the Greeks is also manifested in the Symposium in the shape of witty conversation.
Page 96
There may perhaps be many necessities; but in general this inclination is simply a bed of idleness.
Page 103
.