Ainsi Parlait Zarathoustra

By Friedrich Nietzsche

Page 45

la meilleure chose; mais la seconde est celle-ci:
mourir au combat et répandre une grande âme.

Mais haïe tant par le combattant que par le victorieux et votre mort
grimaçante qui s'avance en rampant, comme un voleur - et qui pourtant
vient en maître.

Je vous fait l'éloge de ma mort, de la mort volontaire, qui me vient
puisque _je_ veux.

Et quand voudrais-je? - Celui qui a un but et un héritier, veut pour
but et héritier la mort à temps.

Et, par respect pour le but et l'héritier, il ne suspendra plus de
couronnes fanées dans le sanctuaire de la vie.

En vérité, je ne veux pas ressembler aux cordiers: ils tirent leur fils
en longueur et vont eux-mêmes toujours en arrière.

Il y en a aussi qui deviennent trop vieux pour leurs vérités et leurs
victoires; une bouche édentée n'as plus droit à toutes les vérités.

Et tous ceux qui cherchent la gloire doivent au bon moment prendre
congé de l'honneur, et exercer l'art difficile de s'en aller à temps.

Il faut cesser de se faire manger, au moment où l'on vous trouve le
plus de goût: ceux-là le savent qui veulent être aimés longtemps.

Il y a bien aussi des pommes aigres dont la destinée est d'attendre
jusqu'au dernier jour de l'automne. Et elles deviennent en même temps
mûres jaunes et ridées.

Chez les uns le coeur vieillit d'abord, chez d'autres l'esprit. Et
quelques-uns sont vieux dans leur jeunesse: mais quand on est jeune
très tard, on reste jeune très longtemps.

Il y en a qui manquent leur vie: un ver venimeux leur ronge le coeur.
Qu'ils tâchent au moins de mieux réussir dans leur mort.

Il y en a qui ne prennent jamais de saveur, ils pourrissent déjà en
été. C'est la lâcheté qui les retient à leur branche.

Il y en a beaucoup trop qui vivent et trop longtemps ils restent
suspendus à leur branche. Qu'une tempête vienne et secoue de l'arbre
tout ce qui est pourri et mangé par le ver?

Viennent les prédicateurs de la mort _rapide!_ Ce seraient eux les
vraies tempêtes qui secoueraient l'arbre de la vie! Mais je n'entends
prêcher que la mort lente et la patience avec tout ce qui est
"terrestre".

Hélas! vous prêchez la patience avec ce qui est terrestre? C'est le
terrestre qui a trop de patience avec vous, blasphémateurs!

En vérité, il est mort trop tôt, cet Hébreu qu'honorent les
prédicateurs de la mort lente, et pour un grand nombre, depuis, ce fut
une fatalité qu'il mourût trop tôt.

Il ne connaissait encore que les larmes et la

Last Page Next Page

Text Comparison with Dityrambeja

Page 0
Me yksin seisomme vartiona yössä.
Page 1
Tuli valloilla on, väkijoukko kuin meri tuulien ruoskima pauhaten kuohuu.
Page 2
Tuli valloilla on, ja Europa leiri joka kolkka min vihaa ja kostoa hehkuu! TASA-ARVOISUUS.
Page 3
JULIUS CAESAR.
Page 4
On sota niinkuin tammi taivas-latva, jot' ase hirveinkään ei maahan lyö, sen pirstoo vasta salamoista suurin, min synnyttävi synkin, oudoin yö.
Page 5
Olkohon lempemme niinkuin lähde laella tunturin korkean, jylhän, raikas ja selkee, kalvolla auringon kirkkahin kulta, pohjalla vellovan elämän suoni, mi väkevänä, kiihkeänä tykkii.
Page 6
Eloni päivä! Aurinko laskee.