Ainsi Parlait Zarathoustra

By Friedrich Nietzsche

Page 38

l'écorce du
bien, - l'ami créateur qui a toujours un monde achevé à offrir.

Et de même que pour lui le monde s'est déroulé, il s'enroule de
nouveau, tel le devenir du bien par le mal, du but par le hasard?

Que l'avenir et la chose la plus lointaine soient pour toi la cause de
ton aujourd'hui: c'est dans ton ami que tu dois aimer le Surhumain
comme ta raison d'être.

Mes frères, je ne vous conseille pas l'amour du prochain, je vous
conseille l'amour du plus lointain.


Ainsi parlait Zarathoustra.





DES VOIES DU CRÉATEUR


Veux-tu, mon frère, aller dans l'isolement? Veux-tu chercher le chemin
qui mène à toi-même? Hésite encore un peu et écoute-moi.

"Celui qui cherche se perd facilement lui-même. Tout isolement est une
faute": ainsi parle le troupeau. Et longtemps tu as fait partie du
troupeau.

En toi aussi la voix du troupeau résonnera encore. Et lorsque tu
diras: "Ma conscience n'est plus la même que le vôtre," ce sera plainte
et douleur.

Voici, cette conscience commune enfanta aussi cette douleur elle-même:
et la dernière lueur de cette conscience enflamme encore ton affliction.

Mais tu veux suivre la voix de ton affliction qui est la voie qui mène
à toi-même. Montre-moi donc que tu en as le droit et la force!

Est tu une force nouvelle et un droit nouveau? Un premier mouvement?
Une roue qui roule sur elle-même? Peux-tu forcer des étoiles à tourner
autour de toi?

Hélas! il y a tant de convoitises qui veulent aller vers les hauteurs!
Il y a tant de convulsions des ambitieux. Montre-moi que tu n'es ni
parmi ceux qui convoitent, ni parmi les ambitieux!

Hélas! il y a tant de grandes pensées qui n'agissent pas plus qu'une
vessie gonflée. Elles enflent et rendent plus vide encore.

Tu t'appelles libre? Je veux que tu me dises ta pensée maîtresse, et
non pas que tu t'es échappé d'un joug.

Es-tu quelqu'un qui avait le droit de s'échapper d'un joug? Il y en a
qui perdent leur dernière valeur en quittant leur sujétion.

Libre _de quoi?_ Qu'importe cela à Zarathoustra! Mais ton oeil clair
doit m'annoncer: libre _pour quoi?_

Peux-tu te fixer à toi-même ton bien et ton mal et suspendre ta volonté
au-dessus de toi comme une loi? Peux-tu être ton propre juge et le
vengeur de ta propre loi?

Il est terrible de demeurer seul avec le juge et le vengeur de sa
propre loi. C'est ainsi qu'une étoile est projetée dans le vide et
dans le souffle glacé de la solitude.

Aujourd'hui encore tu souffres du

Last Page Next Page

Text Comparison with Dityrambeja

Page 0
Yö näkevi mykkä ja helmaansa peittää.
Page 1
Te vaaditte vapautta, meluavat joukot! Ei vapautta teille! Kultainen koru on vapaus, jolla voi leikkiä yksin ankarat, suuret ja käskevät henget.
Page 2
Pyhä Rooma on herjattu, curian ovet aukeevat käskystä joukkion joudon, ikuinen istuin lakien, tuomion tahrattu ompi, nöyränä taipuu senaatti tahtohon huutavan heimon.
Page 3
ÖISELLÄ CAPITOLIUMILLA.
Page 4
Kuohahti äkkiä synkimmät aineet, väkevänä jylisten pauhasi myrsky, hälveni pimeys ja tuhansissa liekeissä hehkuen hulmusi tulipuna tähti keskellä avaruuden ääretöntä kantta.
Page 5
Te etsitte, tahdotte totuutta te surumieliset sankarit hurskaat.
Page 6
Joudu, kirkkaus kultainen! Sa kuoleman salaisin, suloisin tunne! -- Ma kuljinko tietäni nopeasti liian? Nyt vasta kun jalkani uupuu, ma katseesi kohtaan, minut onnesi saavuttaa.