Ainsi Parlait Zarathoustra

By Friedrich Nietzsche

Page 216

la terre. Pardonne, ô Zarathoustra, à un vieux coeur de
pape pieux!" -

- "Et toi, dit Zarathoustra au voyageur et à l'ombre, tu t'appelles
esprit libre, tu te figures être un esprit libre? Et tu te livres ici
à de pareilles idolâtries et à de pareilles momeries?

En vérité, tu fais ici de pires choses que tu n'en faisais auprès des
jeunes filles brunes et malignes, toi le croyant nouveau et malin!"

"C'est triste, en effet, répondit le voyageur et l'ombre, tu as raison:
mais qu'y puis-je! Le Dieu ancien revit, ô Zarathoustra, tu diras ce
que voudras.

C'est le plus laid des hommes qui est cause de tout: c'est lui qui l'a
ressuscité. Et s'il dit qu'il l'a tué jadis: chez les Dieux la _mort_
n'est toujours qu'un préjugé."

"Et toi, reprit Zarathoustra, vieil enchanteur malin, qu'as-tu fait?
Qui donc croira encore en toi, en ces temps de liberté, si tu crois à
de pareilles âneries divines?"

Tu as fait une bêtise; comment pouvais-tu, toi qui es rusé, faire une
pareille bêtise!"

"O Zarathoustra, répondit l'enchanteur rusé, tu as raison, c'était une
bêtise, - il m'en a coûté assez cher."

"Et toi aussi, dit Zarathoustra au consciencieux de l'esprit, réfléchis
donc et mets ton doigt à ton nez! En cela rien ne gêne-t-il donc ta
conscience? Ton esprit n'est-il pas trop propre pour de pareilles
adorations et l'encens de pareils bigots?

"Il y a quelque chose dans ce spectacle, répondit le consciencieux, et
il mit le doigt à son nez, il y a quelque chose dans ce spectacle qui
fait même du bien à ma conscience.

Peut-être n'ai-je pas le droit de croire en Dieu: mais il est certain
que c'est sous cette forme que Dieu me semble le plus digne de foi.

Dieu doit être éternel, selon le témoignage des plus pieux: qui a du
temps de reste s'accorde du bon temps. Aussi lentement et aussi
bêtement que possible: _avec cela_ il peut vraiment aller loin.

Et celui qui a trop d'esprit aimerait à s'enticher même de la bêtise et
de la folie. Réfléchis sur toi-même, ô Zarathoustra!

Toi-même - en vérité! tu pourrais bien, par excès de sagesse, devenir
un âne.

Un sage parfait n'aime-t-il pas suivre les chemins les plus tortueux?
L'apparence le prouve, ô Zarathoustra , - _ton_ apparence!"

- " Et toi-même enfin, dit Zarathoustra en s'adressant au plus laid des
hommes qui était encore couché par terre, les bras tendus vers l'âne
(car il lui donnait du vin à boire). Parle, inexprimable, qu'as-tu
fait là!

Tu me sembles transformé, ton oeil est ardent, le manteau

Last Page Next Page

Text Comparison with Dityrambeja

Page 0
Täällä talvi, viima vinha, silmä siinnossa lumien, katse kentillä kiteiden, sydän surmien ilossa, mieli häissä Hallatarten.
Page 1
He tanssivat soidessa salamien säilän, he huippuja kulkevat, allansa kuilut, elämä ja ihmiset, kuoleman kauhu.
Page 2
3.
Page 3
JULIUS CAESAR.
Page 4
Ken yläpuolla ei oo voittoaan, hän kahlehissa orjuuden on yhä! SOTA.
Page 5
Sen alttarille henkenne tuskan te tuotte, sen uhriksi voimanne parhaat te suotte, sen kangastuskaaria kultahan luotte, se elämänne huippu ja elämänne määrä, se näyttää mi tekonne oikea, mi väärä, te etsitte, tahdotte totuutta vain yli kaunihin valheenkin! Mikä valhetta sitten? Oma etsintänne, virvojen välkkyvä, väikkyvä harha! Mikä puhtainta totta? Vain elämänne, vaistojen, tuntojen tuoksuva tarha, ei totuutta muuta, ei hyvien, pahojen tietojen puuta! On elämä ainoa puu, joka kukkii, se todet ja totuudet helmaansa kätkee, se tiedä ei oikeasta, tiedä ei väärästä, se tiedä ei heelmäinsä hyvien määrästä, se kuohuu vain mahloja, nesteitä pursuu, se kasvaa, se jakaa, se tuhlaa, se antaa, ja lehvillänsä suruttomain pesiä kantaa, sen oksilla ainainen soittelo soi, elo ainoa totuus on, oi! Te ette tahdo elämää, vaan etsitte totta! Mikä totuutenne sitten, te sankarit valjut? Se elämän on loppu, sen kieltäjä kylmä, liikkumaton, täyteläinen, kalpea, jäinen kuoleman varjo.
Page 6
-- Viel' eikö jäisinä hehku mun kukkulani? Hopean kevyenä nyt purteni aavalle ui.