Ainsi Parlait Zarathoustra

By Friedrich Nietzsche

Page 2

enseigne le Surhumain._ L'homme est quelque chose qui doit
être surmonté. Qu'avez-vous fait pour le surmonter?

Tous les êtres jusqu'à présent ont créé quelque chose au-dessus d'eux,
et vous voulez être le reflux de ce grand flot et plutôt retourner à la
bête que de surmonter l'homme?

Qu'est le singe pour l'homme? Une dérision ou une honte douloureuse.
Et c'est ce que doit être l'homme pour le surhumain: une dérision ou
une honte douloureuse.

Vous avez tracé le chemin qui va du ver jusqu'à l'homme et il vous est
resté beaucoup du ver de terre. Autrefois vous étiez singe et
maintenant encore l'homme est plus singe qu'un singe.

Mais le plus sage d'entre vous n'est lui-même qu'une chose disparate,
hybride fait d'une plante et d'un fantôme. Cependant vous ai-je dit de
devenir fantôme ou plante?

Voici, je vous enseigne le Surhumain!

Le Surhumain est le sens de la terre. Que votre volonté dise: que le
Surhumain _soit_ le sens de la terre.

Je vous en conjure, mes frères, _restez fidèles à la terre_ et ne
croyez pas ceux qui vous parlent d'espoirs supraterrestres! Ce sont
des empoisonneurs, qu'ils le sachent ou non.

Ce sont des contempteurs de la vie, des moribonds et des empoisonnés
eux-mêmes, de ceux dont la terre est fatiguée: qu'ils s'en aillent donc!

Autrefois le blasphème envers Dieu était le plus grand blasphème, mais
Dieu est mort et avec lui sont morts ses blasphémateurs. Ce qu'il y a
de plus terrible maintenant, c'est de blasphémer la terre et d'estimer
les entrailles de l'impénétrable plus que le sens de la terre!

Jadis l'âme regardait le corps avec dédain, et rien alors n'était plus
haut que ce dédain: elle le voulait maigre, hideux, affamé! C'est
ainsi qu'elle pensait lui échapper, à lui et à la terre!

Oh! cette âme était elle-même encore maigre, hideuse et affamée: et
pour elle la cruauté était une volupté!

Mais, vous aussi, mes frères, dites-moi: votre corps, qu'annonce-t-il
de votre âme? Votre âme n'est-elle pas pauvreté, ordure et pitoyable
contentement de soi-même?

En vérité, l'homme est un fleuve impur. Il faut être devenu océan pour
pouvoir, sans se salir, recevoir un fleuve impur.

Voici, je vous enseigne le Surhumain: il est cet océan; en lui peut
s'abîmer votre grand mépris.

Que peut-il vous arriver de plus sublime? C'est l'heure du grand
mépris. L'heure où votre bonheur même se tourne en dégoût, tout comme
votre raison et votre vertu.

L'heure où vous dites: "Qu'importe mon bonheur! Il est pauvreté,
ordure et pitoyable contentement de soi-même. Mais mon bonheur devrait
légitimer l'existence elle-même!"

L'heure où vous

Last Page Next Page

Text Comparison with Ecce Homo Complete Works, Volume Seventeen

Page 2
Where one commands, where one sees something beneath one, one ought not to wage war.
Page 12
His pupils are the Queen of Hanover, the Grand-Duchess Constantine, the Grand-Duchess of Oldenburg, and the Princess Theresa of Saxe-Altenburg.
Page 14
Those--who keep silent are almost always lacking in subtlety and refinement of heart; silence is an objection, to swallow a grievance must necessarily produce a bad temper--it even upsets the stomach.
Page 16
7 War, on the other hand, is something different.
Page 23
A sedentary life, as I have already said elsewhere, is the real sin against the Holy Spirit.
Page 39
Well then, I venture to assert that I have the smallest ears that have ever been seen.
Page 41
reveal his riddle? "Unto you, daring explorers and experimenters, and unto all who have ever embarked beneath cunning sails upon terrible seas; "Unto you who revel in riddles and in twilight, whose souls are lured by flutes unto every treacherous abyss: "For ye care not to grope your way along a thread with craven fingers; and where ye are able to _guess,_ ye hate to _argue_?" 4 I will now pass just one or two general remarks about my _art of style.
Page 43
its foundation, it is the mortal hatred of the sexes.
Page 54
But enough! In the middle of the festivities I suddenly packed my trunk and left the place for a few weeks, despite the fact that a charming Parisian lady sought to comfort me; I excused myself to Wagner simply by means of a fatalistic telegram.
Page 58
in this edition.
Page 60
To a physiologist a like antagonism between values admits of no doubt.
Page 62
indications of the proximity of something unparalleled; for, after all, it shows the beginning of _Zarathustra,_ since it presents _Zarathustra's_ fundamental thought in the last aphorism but one of the fourth book.
Page 66
5 With the exception of these periods of industry lasting ten days, the years I spent during the production of _Zarathustra,_ and thereafter, were for me years of unparalleled distress.
Page 89
--TR.
Page 101
Back to yourself to come you pine Or fly from out your house.
Page 107
.
Page 110
* * * * Hast thou the lust to buy? It needs no skill.
Page 111
3 Hush! I see vastness!--and of vasty things Shall man be dumb, unless he can enshrine Them with his words? Then take the might which brings The heart upon thy tongue, charmed wisdom mine! * * * * I look above, there rolls the star-strown sea.
Page 112
Woe is me! How overthrow them? * * * * Scratching cats, With paws that are fettered, There they sit And their glance is poison.
Page 116
.