Ainsi Parlait Zarathoustra

By Friedrich Nietzsche

Page 164

même de son côté. Lorsqu'ils se furent
ainsi ressaisis et fortifiés tous deux, ils se donnèrent les mains pour
montrer qu'ils voulaient se reconnaître.

"Sois le bienvenu, dit Zarathoustra, devin de la grande lassitude, tu
ne dois pas avoir été vainement, jadis, mon hôte et mon commensal.
Aujourd'hui aussi mange et bois dans ma demeure et pardonne qu'un
vieillard joyeux soit assis à table avec toi! - Un vieillard joyeux,
répondit le devin en secouant la tête; qui que tu sois ou qui que tu
veuilles être, ô Zarathoustra, tu ne le seras plus longtemps là-haut,
dans peu de temps ta barque ne sera plus à l'abri! - Suis-je donc à
l'abri?" demanda Zarathoustra en riant. - "Les vagues autour de ta
montagne montent et montent sans cesse, répondit le devin, les vagues
de l'immense misère et de l'affliction: elles finiront bientôt par
soulever ta barque en par t'enlever avec elle." - Alors Zarathoustra
se tut et s'étonna. - "N'entends-tu rien encore? continua le devin:
n'est-ce pas un bruissement et un bourdonnement qui vient de l'abîme?"
- Zarathoustra se tut encore et écouta: alors il entendit un cri
prolongé que les abîmes se jetaient et se renvoyaient, car aucun d'eux
ne voulait le garder: tant il avait un son funeste.

"Fatal proclamateur, dit enfin Zarathoustra, c'est là le cri de
détresse et l'appel d'un homme; il sort probablement d'une mer noire.
Mais que m'importe la détresse des hommes! Le dernier péché qui m'a
été réservé, - sais-tu quel est son nom?"

"Pitié!" répondit le devin d'un coeur débordant et en levant les deux
mains: - "O Zarathoustra, je viens pour te faire commettre ton dernier
péché!" -

A peine ces paroles avaient-elles été prononcées que le cri retentit de
nouveau, plus long et plus anxieux qu'auparavant et déjà beaucoup plus
près. "Entends-tu, entends-tu, ô Zarathoustra? s'écria le devin, c'est
à toi que s'adresse le cri, c'est à toi qu'il appelle: viens, viens,
viens, il est temps, il est grand temps!" -

Mais Zarathoustra se taisait, troublé et ébranlé; enfin il demanda
comme quelqu'un qui hésite en lui-même: "Et qui est celui qui m'appelle
là-bas?"

"Tu le sais bien, répondit vivement le devin, pourquoi te caches-tu?
C'est _l'homme supérieur_ qui t'appelle à son secours!"

"L'homme supérieur, cria Zarathoustra, saisi d'horreur: Que veut-il?
Que veut-il? L'homme supérieur! Que veut-il ici?" - et sa peau se
couvrit de sueur.

Le devin cependant ne répondit pas à l'angoisse de Zarathoustra, il
écoutait et écoutait encore, penché vers l'abîme. Mais comme le
silence s'y prolongeait longtemps, il tourna son regard en arrière et
il vit Zarathoustra debout

Last Page Next Page

Text Comparison with Ecce Homo Complete Works, Volume Seventeen

Page 3
This anchorite, who, in the last years of his life as a.
Page 24
Naumburg, Pforta, Thuringia in general, Leipzig, Bâle, Venice--so many ill-starred places for a constitution like mine.
Page 25
Otherwise I almost always take refuge in the same books: altogether their number is small; they are books which are precisely my proper fare.
Page 32
.
Page 48
Wagner himself had a notion of the truth; he did not recognise himself in the essay.
Page 49
.
Page 51
.
Page 53
.
Page 54
I think I know the Wagnerite, I have experienced three generations of them, from Brendel of blessed memory, who confounded Wagner with Hegel, to the "idealists" of the _Bayreuth Gazette,_ who confound Wagner with themselves,--I have been the recipient of every kind of confession about Wagner, from "beautiful souls.
Page 64
" 3 Has any one at the end of the nineteenth century any distinct notion of what poets of a stronger age understood by the word inspiration? If not, I will describe it.
Page 66
The very fact that he is its author makes him weak at this time.
Page 67
Do not let us mention the poets in the same breath; nothing perhaps has ever been produced out of such a superabundance of strength.
Page 70
"Alas, it is ye alone, ye creatures of gloom, ye spirits of the night, that take your warmth from that which shineth.
Page 71
Thus driveth it the hammer to the stone.
Page 95
"Little Angel" call they me!-- Now a ship, but once a girl, Ah, and.
Page 103
] [Footnote 6: Translated by Francis Bickley.
Page 110
* * * * Hast thou the lust to buy? It needs no skill.
Page 116
-- 65 When on the hermit comes the great fear; When he runs and runs And knows not whither; When the storms roar behind And the lightning bears witness against him, And his cavern breeds spectres And fills him with dread.
Page 117
A star went out in the desolate void, And lone was the void.
Page 119
106 We thought evil of each other? We were too distant, But now in this tiny hut, Pinned to one destiny, How could we still be foes? We must needs love those Whom we cannot escape.