Ainsi Parlait Zarathoustra

By Friedrich Nietzsche

Page 116

un jour
je ferai d'eux des feux courants et des prophètes aux langues de
flammes: - ils prophétiseront avec des langues de flammes: il vient,
il est proche, le _Grand Midi!_


Ainsi parlait Zarathoustra.





SUR LE MONT DES OLIVIERS


L'hiver, hôte malin, est assis dans ma demeure mes mains sont bleues de
l'étreinte de son amitié.

Je l'honore, cet hôte malin, mais j'aime à le laisser seul. J'aime à
lui échapper; et si l'on court _bien_, on finit par y parvenir.

Avec les pieds chauds, les pensées chaudes, je cours où le vent se
tient coi, - vers le coin ensoleillé de ma montagne des Oliviers.

C'est là que je ris de mon hôte rigoureux, et je lui suis reconnaissant
d'attraper chez moi les mouches et de faire beaucoup de petits bruits.

Car il n'aime pas à entendre bourdonner une mouche, ou même deux; il
rend solitaire jusqu'à la rue, en sorte que le clair de lune se met à
avoir peur la nuit.

Il est un hôte dur, - mais je l'honore, et je ne prie pas le dieu
ventru du feu, comme font les efféminés.

Il vau encore mieux claquer des dents que d'adorer les idoles! - telle
est ma nature. Et j'en veux surtout à toutes les idoles du feu, qui
sont ardentes, bouillonnantes et mornes.

Quand j'aime quelqu'un, je l'aime en hiver mieux qu'en été; je me moque
mieux de mes ennemis, je m'en moque avec le plus de courage, depuis que
l'hiver est dans la maison.

Avec courage, en vérité, même quand je me blottis dans mon lit: - car
alors mon bonheur enfoui rit et fanfaronne encore, et mon rêve
mensonger se met à rire lui aussi.

Pourquoi ramper? jamais encore, de toute ma vie, je n'ai rampé devant
les puissants; et si j'ai jamais menti, ce fut par amour. C'est
pourquoi je suis content même dans un lit d'hiver.

Un lit simple me réchauffe mieux qu'un lit luxueux, car je suis jaloux
de ma pauvreté. Et c'est en hiver que ma pauvreté m'est le plus fidèle.

Je commence chaque jour par une méchanceté, je me moque de l'hiver en
prenant un bain froid: c'est ce qui fait grogner mon ami sévère.

J'aime aussi à le chatouiller avec un petit cierge: afin qu'il permette
enfin au ciel de sortir de l'aube cendrée.

Car c'est surtout le matin que je suis méchant: à la première heure,
quand les seaux grincent à la fontaine, et que les chevaux hennissent
par les rues grises: - j'attends alors avec impatience que le ciel
s'illumine, le ciel d'hiver à la barbe grise, le

Last Page Next Page

Text Comparison with Antikristus Arvostelukoe kristinopista

Page 2
.
Page 4
.
Page 5
.
Page 6
.
Page 7
_Jumalan häviö_: jumalasta tuli "olio itsessään".
Page 9
Kristillistä on verivihollisuus maan herroja kohtaan, "ylhäisiä" kohtaan -- sekä myöskin kavala, salainen kilpailupyrkimys (-- heille jätetään "ruumis", tahdotaan vain "sielua".
Page 13
Ja tässä vasta kosketan _lunastajan psykologian_ probleemia.
Page 17
Hän ei.
Page 20
Mitä seuraa siitä? Että täällä _psykoloogienkin joukossa_ erhetys on radikaali, s.
Page 21
.
Page 22
oikeastaan voinut käyttää lunastajan elämää yleensä, -- hän tarvitsi ristinkuolemaa ja jotakin vielä lisäksi.
Page 24
-- Kuinka _evankeelista_!.
Page 25
.
Page 26
.
Page 28
" -- Mutta siten olemme jo lopussa.
Page 31
Marttyyrit ovat _vahingoittaneet_ totuutta.
Page 32
Jos tutkii, kuinka välttämätön useimmille tasapainonpitäjä on, joka ulkoapäin sitoo ne ja tekee lajiksi, kuinka pakko korkeimmassa merkityksessä, _orjuus_, on ainoa ja viimeinen ehto, jonka alaisena tahdoltaan heikompi ihminen, etenkin nainen, viihtyy: silloin ymmärtää myöskin vakuutuksen, "uskon".
Page 33
Miksi jumala antoi ihmiselle ilmoituksen? Olisiko jumala tehnyt jotakin tarpeettomasti? Ihminen ei _voi_ itsestään tietää, mikä on hyvää ja pahaa, senvuoksi jumala opetti hänelle tahtonsa.
Page 34
" 57.
Page 35
Ketä vihaan enin.